Théo Zipper Quartet – Jazz à Uccle – mercredi 21 octobre 2015

SL376034

La mer, la mer. D’aucun savent que j’y suis particulièrement attaché, voire complètement amoureux. Et bien ce soir, nous y étions ! Pas pour le décor bien sûr, mais quelles vagues nous ont bercés toute cette soirée. Vague n’est peut-être pas le bon mot, flux, reflux, courants, montée, surf en descente, accalmie, coups de vent, averse ou grand soleil, bref toutes les sensations du navigateur en mode découverte. Y compris les stress du départ et les joies de l’atterrissage. Ils nous ont servi un répertoire de compositions qui, par défaut, font fi des repères. Donc navigation à vue, compositions qui nous ont offert toutes les sensations nécessaires à créer un climat de bien-être. Bien-être à postériori d’avoir vécu quelque chose qui, sur le moment pouvait être déconcertant ou inattendu mais qui au final est une expérience enrichissante. Une impression première d’un groupe disparate d’individualités brillantes, qui, si l’on veut bien prendre un peu de recul, forment au final une conjonction d’éléments déterminant un ensemble (marées, lames, courants forment aussi un tout). Sortir des sentiers battus, un challenge pas facile à relever, ils le font avec brio. Tout comme le microcosme d‘un bateau perdu au milieu de l’océan, chaque concert crée une bulle dans l’espace et le temps dont seuls ceux qui l’ont vécu peuvent en parler, heureux ou pas de l’expérience. Celle-ci fut un bonheur pour la plupart, un peu rude pour d’autres mais enrichissante pour tous. Une découverte, un univers dans lequel il serait bon de s’immerger encore et encore. En bon entendeur, laisser vous porter par les vents.
FD