Artiste : Jeunieaux Bastien

Classé dans :
Retour à la liste des artistes

Bastien Jeunieaux 5

Bastien commence la guitare à quatorze ans en autodidacte. Un an plus tard, il fonde, avec son frère, son premier groupe dans lequel ils jouent des compositions originales. D’abord très influencé par le Rock et le Blues qu’il écoute depuis son adolescence, il se dirige ensuite vers le Reggae puis la Soul et le Funk. À 18 ans, gràce à un ami saxophoniste, Bastien découvre le Jazz. Il fouille alors dans la collection de disques de sa mère et tombe sur des albums de Miles Davis, Chet Baker, Bill Evans, Ella Fitzgerald, Stan Getz,…qu’il écoutera en boucle pendant plusieurs années. Amoureux de cette musique, il décide de s’inscrire à l’académie de Baudour où il apprend le solfège et l’harmonie indispensables à la compréhension du Jazz. C’est là qu’il rencontre le saxophoniste Fabrice Alleman avec qui il étudiera la musique pendant deux ans. Après avoir suivi les cours du guitariste Paolo Loveri, Bastien rentre, en 2011, au Conservatoire royal de Bruxelles en section Jazz où il poursuit son apprentissage avec Fabien Degryse et Victor Da Costa. Pendant cinq ans, il perfectionne son jeu et rencontre de nombreux musiciens avec qui il s’exerce, jam et fait ses premiers pas sur la scène Jazz. Diplômé en 2016, il commence une résidence au légendaire Sounds Jazz Club où il joue tous les mois depuis deux ans avec son projet BAM! Trio aux côtés de ses acolytes Arnaud Cabay à la batterie et Maxime Moyaerts à l’orgue-hammond; ainsi qu’avec le projet du flûtiste Javier Mateos. En parallèlle, il arpente toutes les scènes bruxelloises et autres scènes belges notamment celles d’Esperanzah 2018, de l’Ancienne Belgique ou encore du Rock Hall (Luxembourg); avec de nombreuses formations telles que Isadora, Luna Moan, Supafly, JB duo, Laurent Vigneron & The Po’ Boys, Fancy Combo, Thalisma project. On retient également ses apparitions aux côtés de grands musiciens belges tels que Jean-Louis Rassinfosse (Chet Baker), Guy Cabay, Fabrice Alleman, Manu Hermia. Bastien s’attelle à jouer une musique qui “vient du coeur et qui parle à l’âme”.