Journée Internationale du Jazz 2017 – le récit

cropped-IJD17_place_Saint_Job-pour-site-web1.jpg

Cette année la Journée Internationale du Jazz de l’UNESCO a bénéficié d’une meilleure visibilité grâce à l’implication de différents services de promotion de Bruxelles. Nous en sommes à notre quatrième édition de la Journée Internationale du Jazz à Uccle et sa merveilleuse place Saint Job reste notre lieu. Cette année, non contents d’avoir réuni la crème des jeunes musiciens, nous avions également invité le beau temps. Tôt matin, la mise en place du podium est lancée, dès 10h l’équipe des bénévoles entre en action et monte la buvette, les tonnelles,  place les chaises, balise la place des barrières Nadar, bref met tout en œuvre pour accueillir le public avant même 15h, heure du premier concert. Et en effet, vers 14h les premiers amateurs viennent se placer, il fait beau et bon, la buvette entre en activité, le sound check donne une impression de pré-concert et déjà le public applaudi et s’enthousiasme. Il a perçu la qualité de ce qui se prépare. 15h pile, Kearo Zenn, le quartet à l’harmonica se lance, le programme proposé est constitué de compositions originales certes, mais l’hommage à Toots qui aurait eu 95 ans la veille est évident. Nous tenions à ce clin d’œil amical et respectueux à cet immense artiste à la personnalité si attachante et Kearo Zenn a vraiment été à la hauteur de ce challenge. En quelques minutes, la place se remplit, nos 200 chaises sont prises d’assaut, les bancs public squattés et les courageux restent debout mais toutes les têtes dodelines, les pieds marquent le rythme et les applaudissements sont nourris. Ensuite tout s’enchaine avec efficacité, la remarquable équipe son de VCL Production réalise les changements de scène en un temps record, ils assurent un accueil parfait aux musiciens et finalisent un sound check de qualité, le tout endéans l’heure. Pendant ce temps, le bar assure sa mission, permettre au public de patienter agréablement en profitant du décor de la place, du beau temps, en laissant jouer les enfants et discuter les grands un verre à la main. 17h, Super Ska entre en action, là ça commence à déménager. Le pur jazz de la mise en bouche élargit son spectre et commence à révéler les valeurs de mixité culturelle, d’échange et de mélange que cette Journée Internationale du Jazz vise à mettre en évidence. Nous y sommes. Du Ska, mitonné d’impros jazz, un son plein et des rythmes entrainants. La bonne moitié de la place dont nous disposions semble rétrécir, le son est nickel et l’ambiance est totalement à la fête. Les visages ne sont que sourires, la bonne entente règne, le public se rencontre et échange. Notre but est vraiment atteint, la mission que nous nous sommes donnée de relayer l’esprit de cette journée se concrétise. 19h, après les mêmes prouesses de nos équipes techniques et bénévoles, le concert de clôture est lancé, Banda Bruselas enflamme la place. Du coup les chaises ne sont plus trop peu, mais de trop, elles prennent trop de place pour les danseurs qui se réfugient sur les côtés ou au pied de la scène pour laisser libre court à leur envie de bouger ensemble et de partager ce plaisir communicatif que de danser avec tous sur de la musique live de très haute qualité. Apothéose donc pour cette fin d’après-midi fabuleuse durant laquelle 26 musiciens ont enflammé la place au grand bonheur de chacun. Une édition plus que réussie, tant au niveau de l’organisation, des équipes, des techniciens, de la commune, des musiciens et surtout du public qui bien sûr fait qu’un événement devient grand ou reste petit.
A très bientôt à tous, ici ou là, mais toujours pour du jazz de qualité.