Joel Rabesolo Trio – Jazz à Uccle – mercredi 26 septembre 2018

IMG_2696

Joel Rabesolo, guitare – Ranto Rakotomalala, basse – Josaphat Hounnou, batterie

Voilà une entrée en matière digne de la mission de découverte que s’est donnée Jazz4you ! Un trio Malgacho-Beninois, nous embarque pour une aventure de part et d’autre de l’équateur! Joel Rabesolo est vraiment un guitariste lumineux, tant par son jeu que de sa personne. Un grand sourire communicatif, une simplicité, une convivialité chaleureuse pour partager son jeu envoûtant. Joel s’est donc entouré pour l’occasion d’un comparse du pays et d’un batteur Béninois pour nous faire découvrir un ‘etno-jazz’ des plus ensoleillés. Guitare sèche ou électrique, son son est bien typé et le voyage commence dès les premières notes. Nous voici dans les îles des océans lointains  ou sous les tropiques d’Afrique de l’ouest et la température de la salle s’adapte. Les mélodies sont définitivement originales et très représentatives. Rien de tel dès lors que d’avoir des natifs pour rendre ce style authentique. Joel peut tout jouer avec une maîtrise totale, il passe d’un ‘Katakata’ soutenu par sa rythmique à la fois dynamisante et délicate à un standard (In a sentimental Mood) en solo, tout en finesse et du coup très jazz mainstream. Ranto, le bassiste, connait sa partie sur le bout des doigts, en soutien comme en solo, sa dynamique est fabuleuse et sa créativité enrichit les propos de Joel dans un respect total de l’ambiance du moment. Josaphat Hounnou, à la batterie, avoue lui-même avoir un peu stressé compte tenu de l’acoustique du lieu mais ici aussi chapeau bas, sans jamais couvrir ses partenaires, il a assuré. Il nous a vraiment permis de plonger dans la manière particulière d’aborder les rythmes qu’ont des musiciens des îles et en particulier ceux des îles de métissages soumises à toutes les influences tant d’Afrique que d’Inde ou d’Europe. Un vrai régal ! De bout en bout le concert a conquis le public qui a parfois un peu de mal à rester sur sa chaise, les têtes dodelinent, les pieds trépignent et puis la surprise, Joel invite une compatriote présente à nous chanter un air traditionnel. Une prestation sans micro mais la voix porte et cette cerise sur le gâteau ravit tout le monde. Une réelle fête cette soirée, de l’énergie, de l’enthousiasme, pas de prise de tête, il a juste fallu se laisser porter par la musique pour passer un moment de rêve.
Merci Joel, Ranto et Josaphat de nous ouvrir les oreilles à votre interprétation du jazz si particulière mais tellement plaisante.

FD