Isadora D. duo – Jazz à Uccle – mercredi 18 octobre 2017

Magnifique duo !
Isadora De Booseré au chant et au piano et Bastien Jeunieaux à la guitare épatent par leur allure et leur prestance. Elégants et souriants ils ont probablement conquis leur public avant même la première note. Le premier set propose exclusivement des reprises de standards. Bien choisis, et surtout bien introduits par Isadora qui n’hésite pas à parler et raconter, à mettre en perspective et citer ses sources et ce n’est pas coutume. La voix est posée ou aérienne, le timbre clair ou rauque, la présence toujours adaptée, les morceaux  s’enchainent avec bonheur et tout a l’air simple et de couler de source. Pourtant le choix des titres ne font pas l’impasse sur les difficultés et comme toujours, présenter des standards c’est oser s’exposer aux comparaisons. Défi choisi, défi réussi ! L’emballage harmonique, les boucles et les impros de Bastien assurent brillement le soutien à la voix. En particulier, il faut retenir la justesse des sonorités choisies par Bastien, tout en nuances, la guitare s’adapte parfaitement à l’esprit et à l’atmosphère que le duo instille dans chaque chanson. Un duo certes mais un rendu riche et complet. Le second set s’articule autour des compos d’Isadora, autre créatrice, autre ambiance. Plus actuelles bien sûr, les mélodies et harmonies tendent vers une plus grande simplicité, mais on parle ici d’une chanteuse et donc au-delà de la forme, il y a aussi le contenu. Ici encore les explications et mises en contexte qu’Isadora nous fournis au sujet de ses textes forcent l’attention et le respect quant à la maturité de cette jeune demoiselle très concernée par les thèmes de société contemporains. Ils sont jeunes, leur complicité aussi. Dès lors au vu (et surtout à l’écoute) de leur prestation, il est évident que le niveau va monter vite et sensiblement et pour ma part, je ne prends pas de grands risques à leur prédire un avenir à leur image, souriant, enthousiasmant et riche en partage. Une soirée dont nous pensions qu’elle serait très intimiste et qui en fin de compte s’est révélée chaude, conviviale avec un public aussi respectueux que participatif. Duo à entendre et réentendre régulièrement, question de goûter en primeur à leur évolution.
FD