Catégorie

News

Pendulum – L’Os à Moelle – 16 décembre 2014

Posted in: News

1475937_390221297811585_412094427369402662_nL’Os à Moelle, le plus vieux cabaret de Schaerbeek a fêté ses 50 ans il y a peu de temps. Conscient d’un passé riche qui a notamment vu défiler Deborah Brown avec le trio de Roger Vanhaverbeke, Samuel Bernard, le jeune et nouveau Directeur Artistique de l’Os, a confié à Lydia Reichenberg le soin de proposer une fois par mois, le mardi, un concert avec les jeunes pousses des Conservatoire Jazz de Bruxelles. Ainsi, le 16 décembre, nous avons pu découvrir le trio Pendulum composé de Maayan Smith (ts), Boris Schmidt (b) et Matthias De Waele (dm). Boris Schmid, 31 ans, luxembourgeois est déjà bien connu sur les scènes belges pour accompagner régulièrement des chanteuses comme Chrystel Wautier, Natacha Wuyts ou Fanny Bériaux. Les deux autres restaient à découvrir ; ils sont encore inscrits en cinquième année des masters au Conservatoire néerlandophone, mais ils nous offrent déjà une belle maturité. Matthias De Waele (dm) possède un drive léger (« Bahia »); ses roulements sont parfaits et son travail aux balais : impeccable. Sur « One For Else », un original de Maayan Smith, il a démontré une approche mélodique des plus sensibles. Maayan Smith (ts) est Israélien de Jérusalem. Pour ses études, Il réside depuis cinq ans en Belgique. Nous avons apprécié la rondeur de sa sonorité, l’assurance de son attaque, de beaux accents et la justesse de ses phrases « Theme From Picnic »). Le trio a proposé quelques originaux et des œuvres de Joe Henderson, Ornette Coleman (« Jane »), Dave Brubeck, Thelonious Monk (« Bahia »), Billy Strayhorn (« Ispahan »), Cole Porter (« You’ll Be So Nice ») et Gerry Bergonzi (« Stable Mix »). Les trois musiciens ont un plaisir évident à jouer ensemble, même si Boris Schmid, récemment intégré, devait s’accrocher à ses partitions. Pour sûr, la mise en place est perfectible mais on est proche de l’objectif. Quant à la fréquentation de ces concerts du mardi à l’Os à Moelle, on espère qu’elle va se développer. Douze personnes : c’est trop peu ! Il faut oser aller découvrir et encourager ceux qui, demain, feront peut-être l’unanimité.

Jean-Marie Hacquier

ODIL – Jazz à Uccle – 21 janvier 2015

Posted in: News

ODIL

Camille-Alban Spreng, Tom Bourgeois, Geoffrey Fiorese, Paul Berne

SL375775Décalés : années soixante-dix, Berlin, les premiers échos de musique électronique, un mélange de synthés et d’instruments, des infrabasses, de l’intensité par vagues. Des compos qui lient toute l’énergie et la poésie d’un clavier solo aux pleurs maîtrisés d’un sax alto, qu’ensuite la batterie relance, la voix du saxophone se fait répétitive, le clavier décolle, nous y voilà, un vrai jazz créatif qui amalgame le tout, moderne ! Ne soyons pas nostalgiques, ils établissent les bases, un fil rouge, une séquence courte, scandée, reprise à tour de rôle en continu – à la Kraftwerk – et qui par effet miroir permet aux autres de sortir des rails, de sublimer la «rengaine» par des rythmes et des impros inspirés.
Elaboré : pas une musique facile, résolument libre, sans pour autant virer au free échevelé ou non structuré. Les impros bien qu’emballées dans une coquille ‘electro’ restent d’inspiration jazz.
Envoûtant : la répétitivité, les sonorités, les réverbs et l’écho, une exploitation intelligente des effets contrecarré par une batterie et un sax « nature », une construction parfaitement maîtrisée.
Perfectible : heureusement, cela veut dire que le meilleur reste à venir. Un peu de mise en place, moins de lecture. Dès que la spontanéité des parties libres prendra la place qui lui revient, la construction sera nickel.
Les goûts et les couleurs (je suis daltonien) ne se discutent pas et donc, qui sait pourquoi, ODIL m’a vraiment épaté. Sans polémiques, juste par goût personnel, tout comme pour un resto ou un opéra, je recommande d’en prendre à volonté.

FD

Jérémy Dumont Trio – Jazz à Uccle – 17 décembre 2014

Posted in: News

Voilà un projet qui mûrit bien ! Cela fait quelques temps que le Jérémy Dumont trio existe, le temps de se stabiliser et surtout de créer son style, son son et ses ambiances propres.SL375674Le programme de ce soir, principalement construit autour des compositions de Jérémy Dumont, nous offre un voyage au cœur des émotions et du rendu sensible de la vie de tous les jours qui, sans prétention, restent la source d’inspiration de nos artistes. Un trio équilibré. Malgré les petites péripéties techniques qui leur a mis la pression, ils sont restés pros et performants, pas déstabilisés pour un sou, et dans le public, la plupart n’y a rien vu (entendu !). Un jazz frais et imaginatif et beaucoup d’énergie, c’est un peu une signature chez eux. Jérémy, bien que délicat et sensible, arrive toujours à communiquer une super dynamique ; même dans ses ballades, ses envolées d’impro nous inondent d’un flux de notes sans pour autant dénaturer la poésie de ses morceaux plus mélancoliques, et bien sûr il explose dans ses compos plus emportées comme « Excitation », dont le tempo est à couper le souffle.  Victor Foulon est certes plus sage, un tempérament juste de contrebassiste, il équilibre le propos sans altérer l’esprit et l’ambiance du moment. Son jeu est un peu à l’image du personnage, tranquille mais souriant et enthousiaste, on ressent clairement son plaisir à partager.  Fabio Zamagni apporte sa touche aussi, une approche jazz teintée de funk et de rock. Son bagage et ses expériences multiples acquises grâce à son parcours varié enrichissent les interprétations et complètent à merveille la construction de l’âme de ce groupe.  Trois petits gars qui en ont dans la tête, les mains, le ventre et surtout le cœur et qui nous donnent le tout à partager dans un moment intense et réjouissant. Un bon lieu, un public attentif, il ne leur faut rien de plus pour nous faire plaisir.  A bientôt donc…

FD

Zola Quartet – Jazz à Uccle – 19 novembre 2014

Posted in: News

SL375641

Harmonie, énergie, maîtrise, douceur et couleurs. Quelques qualificatifs qui illustrent bien l’ambiance de ce concert. La virtuosité et la qualité technique de ces jeunes artistes se traduit ici par une légèreté extraordinaire, du planant tout au long de la prestation. Gonzalo Rodriguez, le guitariste et compositeur du groupe nous emmène dans son Espagne natale, il arrive avec une inventivité folle à nous plonger dans les atmosphères de ce sud ensoleillé. Nous visitons par exemple,  la Cadix emmurée, lumineuse et plombée de soleil, on y entre par une intro guitare teintée de Granados ou de Villa Lobos pour ensuite s’y fondre dans un jazz pur, langoureux, chaud et évocateur. Une visite passionnante depuis son fauteuil club. De même Séville, l’Espagne du Sud encore, des harmonies aussi riches que la ville, ici aussi un mélange d’influences, du vrai jazz mais Pacco De Lucia n’est pas très loin. C’est bien sûr ensemble qu’ils nous offrent la plus chaude ambiance, équilibre, symbiose, respect mutuel, c’est ce qui les distingue, chacun a de l’espace et chacun se complète. Néanmoins il faut aussi épingler leurs qualités respectives. Didier Van Uytvanck, le batteur, est totalement en phase, présent il soustend et structure sans pour autant «frapper», rassurez-vous, il ne joue vraiment pas des castagnettes. Mathieu Robert au sax soprano a une qualité de son et de justesse bluffante et ses impros aux accents zen ne manquent pourtant pas de tonus. Nicola Lancerotti à la contrebasse colle parfaitement aux accents du pourtour méditerranéen. Ils ont définitivement scotché le public qui a fait preuve d’une grande qualité d’écoute, forcément induite par le plaisir que ce quartet nous a offert en nous promenant dans ces paysages captivants.
Bref pas du Zola «l’écrivain», du Zola qui met de bonne humeur et donne envie d’en reprendre.
FD

L’Os à Moelle – Vincent Thékal Trio & LM4

Posted in: News

LM4 Os à Moelle

Amis amateurs bonjour,

J’aimerais évoquer pour vous la nouvelle collaboration entre l’Os à Moelle et Jazz4you.
Cet endroit mythique a tout pour plaire, décors, accueil, infrastructure, ambiance, bref ce qu’il faut pour passer un grand moment. Une cave à l’ancienne qui offre une impression vintage particulièrement bien adaptée  au Jazz.
Deux concerts y ont déjà eu lieu des neuf programmés par Jazz4you:
Vincent Thékal nous y a fait découvrir son nouvel album, fraîchement pressé. Vincent, on le connait bien, il sévit sur la scène bruxelloise depuis quelques années au cours desquelles son style, sa technique et son inspiration se sont affinés. Le résultat de son travail est vraiment remarquable. Même ses compos plus anciennes (Climax – titre de l’album, Song for Jeanne, Lausanne) n’ont pas pris une ride et leurs versions finales sont envoûtantes. Bien entouré de sa section italienne, Daniele Cappucci (bd) et Armando Luongo (dr), qui comme Vincent sont des musiciens qui arrivent à sublimer leur extraordinaire technique pour créer une musique originale, fine et délicate. Ce sont des créateurs d’atmosphère hors pair, ce qui dans le décor de l’Os à Moelle se passe particulièrement bien. Vincent est vraiment créatif dans ses compositions, il cherche manifestement, et avec succès, à sortir des sentiers battus sans pour autant heurter la sensibilité des auditeurs, je dirais que son style accroche et nous fait découvrir un monde parallèle bien à lui. Bien qu’un peu introverti, il arrive à nous faire partager sa musique avec bonheur.
Ensuite nous avons entendu LM4, le Laurent Melnyk Quartet.
Laurent Melnyk, que personnellement j’ai surtout suivi dans ses prestations de sideman dans des styles très variés (du hip-hop funky du JD’s X-Project à des formations plus classiques ou même en solo) a développé un projet bien à lui. Son style clair et vibrant, son attention toute particulière à la qualité de sa sonorité de même que le choix de ses partenaires, Dorian Dumont (p), Garif Telzhanov (db) et Fabio Zamagni (dr) forment en finale un quartet passionnant. Les compos de Laurent sont vraiment intéressantes, de plus il nous a fait le plaisir de poser les décors par quelques mots sur l’origine, la circonstance ou les sources d’inspiration qui l’ont guidé dans sa création, ce qui pour l’auditeur permet une écoute beaucoup plus circonstanciée de l’œuvre exposée. En effet pour certains morceaux inspirés de thèmes de référence, on retrouve des bribes de phrases et le suivi est assez évident, mais pour les compos basées sur son vécu ou ses réflexions, une mise en perspective soutient une écoute enrichie. Le résultat, un concert invitant au voyage, dans le temps et dans l’espace.
En fin de compte deux très belles soirées offertes par des jeunes talents enthousiastes et impliqués, malgré la présence trop peu nombreuse de public (les absents ont souvent tort).
On vous attend donc nombreux pour les prochaines éditions des «Mardi Jazz» de l’Os à Moelle, un vraiment bel endroit pour se faire plaisir et pour la mise en valeur de la programmation attentivement choisie de Jazz4you.
A très bientôt,
FD

Tcha Badjo – Jazz à Uccle – 5 novembre 2014

Posted in: News

SL375624

Mur de briques nues, plafond en voussettes, mezzanine à balustrade en fer, canapés moelleux, bref décors à la «club de St Germain des Prés 1948». Le nouveau look du 6.6.6 (anciennement L’Imprimerie) n’en est pas loin surtout dans cette fabuleuse ambiance à la «Django» brillamment distillée par Tcha Badjo. Tout y était, un public nombreux et enthousiaste, un voyage à l’époque pure swing manouche, du jazz musette dans « Montagne Saint Germain » au swing classique de «Nuage», une immersion totale!
Une facilité et une spontanéité remarquable, pas de partitions, tout roule et s’enchaîne avec rythme, dynamisme, pêche, vélocité, inventivité et inspiration. Les deux guitares s’entremêlent et se complètent, la clarinette virevolte et la contrebasse assure. Du manouche pur jus bien sûr mais aussi des grands standards repensés à la sauce gipsy (Honeysuckle rose, Caravan) permettent à Giacomo Smith de nous offrir sa clarinette aérienne ou féline allant du «Pierre et le Loup» revisité aux inflexions “Gershwinesque» inspirées. Cohésion, coordination parfaite échanges intelligents de l’espace d’expression pour chaque musicien et un résultat final bluffant. Même les hyper standards comme «Minor Swing» ne sont pas galvaudés restent frais et captivants, on a juste envie d’une repasse ! Et quelle maîtrise technique, casser une corde sans sourciller et terminer son solo ni vu ni connu… chapeau ! Ces jeunes-là viennent de loin et y iront aussi, ils sont étonnement murs et aguerris, simples souriants, les entendre surtout en live ce fut un pur plaisir.
FD

Songs of Old – Jazz à Uccle – 15 octobre 2014

Posted in: News

SL375601

Emily Allison, une personne : au moins cinq chanteuses ! Quelle capacité à muer et à prendre le timbre et la couleur parfaitement adaptée à l’ambiance, le style, le rythme du morceau interprété. De plus, elle nous emmène dans son monde de contes et légendes avec grâce et gentillesse. Elle nous guide, raconte, explique avant de nous emballer dans la version musicale de l’histoire. De la grande classe, mais surtout de l’émotion et de la féérie. Tout ceci n’existerait pas bien sûr sans la présence envoûtante de ses musiciens, Sylvain au sax mélodieux, Guillaume à la guitare fleurie, David au clavier inspiré, Ruben à la contrebasse harmonieuse et Paul à la batterie claire et sensible. Le projet est bien monté, les atmosphères collent aux textes, les thèmes musicaux sont enrichissants, en section ou en solo, chacun d’eux nous aide à voyager dans les limbes et les mystères historico-musicaux de ce fabuleux groupe.  Il faut écouter bien sûr. Mais si on veut bien rentrer « dedans » quel trip. De la contine mise à jour à la compo élaborée, l’esprit reste. Un concert de bout en bout captivant. A redéguster cocoon et tranquille pour savourer toutes les nuances.
A bon écouteur, salut !
FD

Blindsight – Jazz à Uccle, Mercredi 17 sept. 2014

Posted in: News

SL375592

Certes, pas la foule des grands jours, comme quoi la majorité peut se tromper !
Pour nous, les privilégiés à avoir fait la démarche d’y être, nous en sommes sûr, nous ne nous sommes pas trompé !
Quatre virtuoses réunis dans un programme qui manifestement les rassemble. Une totale cohésion, des échanges, de la créativité, des envolées bref du vrai jazz.
“Comme d’hab”, si j’ose dire, ces jeunes talents arrivent à faire la synthèse de l’ancien et du nouveau. Étonnamment éduqués et imprégnés de l’histoire et des sources du jazz, ils arrivent à le recréer avec personnalité et actualité, mais n’est-ce pas là l’essence même du jazz, toujours en mouvement, toujours ouvert, toujours à renaître !! Si l’on est de cet avis, alors oui, nous avons eu droit à une super soirée jazz. De plus, s’ils arrivent à faire la synthèse du temps, ce groupe réussit surtout la synthèse de quatre personnalités. Tant Maayan que Dorian, Hendrik ou Lionel ont chacun une personnalité affirmée. Capables de se différencier et d’apporter leur touche personnelle et originale en solo, ils se fondent parfaitement en un bloc homogène lors des moments d’ensemble.
L’intimité qu’ils ont réussi à créer entre auditeurs et artistes, du fait de leur délicatesse de jeu, de l’accroche immédiate, du swing, des surprises et des découvertes vers lesquelles ils nous ont conduits, ont imposé le respect et l’enthousiasme.
Bon, ils sont jeunes, ce qui leur permet de réaliser une troisième synthèse entre professionnalisme et fraîcheur, Blindsight, à entendre ou réentendre. Majorité, bougez-vous !!!

FD

Nouvelle Saison 2014 – 2015

Posted in: News

Bonjour à Tous

Nous y voici, la saison 2014-2015 est dans les starting blocks. Une grande nouveauté cette année, nous avons conclu un partenariat avec L’Os à Moëlle, lieu mythique de la scène musicale et de cabaret, situé à Schaerbeek. Cette collaboration nous offre l’opportunité de vous proposer huit concerts. En ouverture le “Vincent Thékal Trio” nous fera le plaisir de vous interpréter son tout récent et premier CD.

En ce qui concerne les “classiques”, reprenez sans hésiter vos bonnes habitudes !

Le Jazz à Uccle réouvre ses portes dès ce 17 septembre. L’accueil, l’ambiance, la programmation et la qualité d’écoute restent nos critères premiers. Nous démarrons fort avec “Blindsight” un quartet international (France – Israel – Belgique).
Pour cette saison, nous pouvons déjà vous annoncer qu’il y aura des “extras”. Nous avons en effet la chance de programmer les très jeunes et très talentueux guitaristes manouches de “Tcha Badjo” Ce duo Canadien reforcé d’une contrabasse et d’une clarinette sont tout simplement décoiffants. Le reste …  surprises.

Les Midi-Jazz Stéphanie, cette petite respiration du midi en pleine ville, en collaboration avec “Clic Music” reprend également. Une petite gourmandise en guise de lunch grâce a la programmation variée et au concept particulier du musicien solo et de la découverte de la “Tap Guitar”, simple court, facile et gouteux. Suivez notre agenda pour en savoir plus.

 

Speak Low – Jazz à Uccle, mercredi 21 mai 2014

Posted in: News

SL375586Gouleyant, de la jambe, des arômes, du corps (et de l’esprit…) que de grands crus ! ’62, ’63, … ’68, des millésimes exceptionnels du cépage pur Hancock. Une soirée de dégustation. C’eut pu être la Bourgogne, le Midi ou de grands Bordeaux, ce fut un jazz ’60 plein, envoûtant et gouteux. Une belle formation, riche et onctueuse, deux souffleurs aux sonorités rondes et voluptueuses, alliant la chaleur du sax ténor aux rondeurs du trombone, un clavier complet et incisif, basse et batterie softs ou pêchues et toujours parfaitement dosées.  A priori un répertoire parfaitement annoncé « du Herbie des sixties ». Mais mis en forme et re-calibré par Joachim Caffonnette, toute la valeur ajoutée des arrangements éclate. A la fois dans les évolutions harmoniques et dans la recherche du son de la formation.  Ils ont créé une véritable ambiance, un air de quelque chose sans être vieillot ou nostalgique, du pur bonheur. Joachim a puisé dans les « tubes » autant que dans les airs moins célèbres mais tout aussi riches et captivants. Bref, un concert équilibré, une set-liste bien pensée, un son et des saveurs qui ont su mettre le public dans une bulle hors du temps et de l’espace.
Speak Low, un flacon de garde à déguster autant que possible et sans modération.
Santé !
FD