Catégorie

News

Four of a Kind – Jazz à Uccle – mercredi 16 septembre 2015

Posted in: News

SL375969

Comment transformer ce qui pourrait être perçu comme de la nonchalance en bulle d’atmosphère, en bain de sensations? Bien sûr, on les connait, des jeunes qui ont de la bouteille et qui, ce n’est pas si courant, se produisent depuis des années. Et de là vient une grande partie du plaisir d’écoute. Avoir la chance de suivre et sentir évoluer des musiciens. Ce comportement d’auditeur reconnu quand il s’agit de grands noms est ici intensifié par la proximité du live, la sympathie et l’ouverture de ces jeunes artistes. Et ils progressent à grands pas! La qualité de leur performance était ce soir au top, que dire de ce qui suivra…  Une énorme complicité, un répertoire original organisé autour des compositions de Julien Guillain (guitare) et de Maxime Moyaerts (piano) et de standards sérieusement rafraîchis, de quoi ravir tout le monde. Une grande finesse dans la maîtrise de leur instrument respectif – Nicolas Puma (contrebasse), Lucas Vanderputten (batterie) – à laquelle vient s’ajouter une virtuosité manifeste dont on sent qu’elle est au service de la musique. De plus, ils ont osé élargir le groupe à une invitée plutôt remarquable. Pauline Leblond à la trompette, c’est un programme en soi. Mais ici, elle s’est fondue dans l’ensemble avec toute sa grâce et son charme. Son jeu d’une grande féminité impressionne par l’aisance qu’elle semble avoir, même dans les parties éminemment techniques ou virtuoses. A cinq, ils nous ont vraiment emballés et les variantes de configurations ont vraiment enrichi la prestation et emporté l’enthousiasme de tous. Four of a Kind, à suivre, Pauline aussi, et les deux ensemble si les circonstances sont favorables !
FD

jérémy Dumont Trio – ‘Resurrection’

Posted in: News

front_coverJazz4you, vous le savez, s’est donné pour mission de soutenir les jeunes artistes de jazz afin de les aider prendre leur envol et à évoluer. En complément des scènes que nous leur offrons, des possibilités de concerts et de nos programmations diverses, nous avons été séduits par le projet du Jérémy Dumont Trio. Nous avons donc décidé de soutenir cette naissance qui marque vraiment une étape importante de la vie des musiciens qu’est un premier album. Et nous sommes particulièrement heureux et fiers du résultat. Tant au niveau du contenu du CD que de la pochette, le Jérémy Dumont Trio a accouché d’une véritable œuvre d’art. Les dix titres proposés, accompagnés pour certains par Fabrice Alleman au saxophone (ténor et soprano), sont particulièrement complets, harmonieux, dynamiques, équilibrés. Du contenu à savourer ad libitum. Pour y arriver, de nombreuses compétences sont à mettre en œuvre. Toute une équipe de créateurs se sont impliqués : Daniel Léon a réalisé l’enregistrement et le mixage. L’Art de Noé a apporté une touche d’illustration magique à la pochette de l’album ; cette création magistrale rend parfaitement l’esprit et l’ambiance du répertoire proposé. Et ce n’est pas tout, d’autres jeunes ont permis cette réalisation : Emile Tonnelier dont les photos ont inspiré les dessins de Noé Pauporté.  Elena Haniotakis dont le graphisme a su exploiter et idéalement mettre en valeur l’ensemble. Et bien sûr et surtout, Victor Foulon à la contrebasse et Fabio Zamagni à la batterie, sans qui pas de trio !
Merci à tous de nous avoir offert une œuvre complète qui valait très certainement notre soutien et notre participation.
J4Y

Tό Trio – Jazz à Uccle – mercredi 27 mai 2015

Posted in: News

To trio 8

 

Après le voyage intersidéral que nous avait offert le  quartet de Maayan et Nadav, il fallait bien terminer la saison sur quelque chose de spécial. Et bien c’est fait. Ce dernier concert avant la pause estivale a été un vrai saut en benji ! Une activité de saison me direz-vous. L’entrée en matière commence par une approche prudente du bord du précipice, la voix et les instruments déclenchent les premiers frissons. Le public fixe son attention et le calme se fait. Un doux courant «d’air» jazzy folk nous entoure. Ensuite, au bord du vide, on est seul, enveloppé des mélodies et des harmonies délicates et impressionnantes, la tessiture de Veronika est mise en valeur par les nuances variées de la clarinette basse au sax soprano. La magie opère, on prend confiance dans la suite, c’est sûr on va oser sauter ! Emotion forte, mais tellement réjouissante, on a fait le pas, certes les tripes se nouent et le souffle est court mais là ça y est on plane. On est entré dans leur univers, plus rien ne perturbe l’écoute et l’on prend pleinement conscience des subtiles nuances distillées par nos artistes. Le jeu de Florent à la guitare se complexifie, les boucles se superposent, au sax ou à la clarinette Tom se lance dans des impros originales et créatives et Veronika nous donne vraiment l’impression de voler et non de tomber. L’élastique se tend, la course ralenti, encore un moment fort en perspective, le choc d’une impro plus incisive et puis, après l’effet de surprise, on remonte et on se met définitivement dans le rythme. Là on est dedans et le stress de la découverte étant passé tout devient plaisir et bonheur d’éprouver des sensations rares et exclusives. Un sentiment de liberté et de plénitude, les mouvements ascendants et descendants s’enchaînent Le trio crée définitivement un espace hors du temps et de la pesanteur dans lequel on profite de leurs prouesses techniques et musicales qu’ils nous offrent sans donner l’impression du moindre effort, tout comme nous ils flottent.Vous l’aurez compris, ce trop court moment nous a permis de vivre un concert intense, une expérience qui prend au ventre mais dont on sort définitivement serein et heureux.

Vivement la prochaine saison et de nouvelles découvertes…

FD

 

Maayan Smith – Nadav Peled Quartet – Jazz à Uccle – mercredi 20 mai 2015

Posted in: News

SL375912

From Memphis to the Deep Space… Quel voyage. Nous n’avons pas changé de continent mais allègrement pris de la distance par rapport à notre chère planète. La sonorité est consistante, la cohésion totale, l’entente enthousiaste, l’équilibre sensible et malgré ces constantes, chaque thème évoqué est une petite planète en soi. Beaucoup de standards peu connus, quelques compos, un programme varié en rythme, mélodie, ambiance, sensations. D’un blues intelligent et riche, à la transposition des impressions d’un astronaute, que du vrai jazz. Pour avoir eu le privilège d’entendre plusieurs fois Nadav Peled et Maayan Smith en duo, profiter de leur art encadré d’une section « haut de gamme » est un régal ! Ce contrebassiste au groove fabuleux, Jos Machtel, qui swing même à l’archet et Matthias Dewaele, ce batteur qui éblouit de toutes les couleurs inattendues qu’il arrive à produire, quel superbe enrichissement pour les deux complices. Leur répertoire est particulièrement bien équilibré et, comme suggéré en intro, invite au voyage. Départ enthousiaste et dynamique, découverte de lieux inattendus, escales paisibles, traversées troublées, calme après la tempête, espaces infinis, bref une collection de paysages qui pourraient faire un beau livre de périple en transposant en image leur musique. L’équipage en tous cas est au mieux de sa forme, l’avance du navire est assurée en toute confiance, à deux, trois ou quatre. Que du bonheur encore une fois. Profitez vite de leur mini tournée avant que l’équipage ne vogue à nouveau chacun sur des navires différents.
FD

International Jazz Day – Uccle, 30 avril 2015

Posted in: News

DSC_0206

Jeudi 30, 8h ça y est, le jour J, J pour JazzDay !
Tout se met en route, matos, scène, chaises, équipe technique, bénévoles.
15h, les musiciens arrivent, mise en place, sound check.
17h, go ! le Big Band du Conservatoire Royal de Bruxelles ouvre les festivités et le public y est. On fait fi des averses et grêlons, les parapluies sont distribués et tout le public, stoïque et passionné, ne nous lâche pas.
18h, TéléBruxelles capte son interview et un street band s’improvise et anime la place le temps du changement de scène.
19h, ça y est ça swing… et même les danseurs s’y mettent. L’épisode Place Saint Job se termine en apothéose.
21h, transfert au chaud, dans tous les sens, chaleur humaine, enthousiasme. Tha Groova5 enflamme un public éclectique qui se serre au 6.6.6.

Pour notre grand plaisir, la journée se termine tard, on a couvert l’Histoire du jazz de 1920 à nos jours et ce voyage, nous en sommes convaincus, a fait le bonheur de tous.

Vivement 2016 !

http://www.telebruxelles.be/news/uccle-fete-le-jazz-place-saint-job/

Heptagone – Jazz à Uccle – mercredi 15 avril 2015

Posted in: News

IMG_2528

Une jeune formation, très jeune même, malgré l’âge de certains. Un contraste entre leur carrière musicale déjà bien chargée, leur statut d’étudiants au Conservatoire, leur jeunesse d’esprit et leur maturité d’interprètes. C’était annoncé, une formation originale, guitare, trombone, basse, batterie, piano, vibraphone et trompette qui nous livre définitivement un son riche et complet. Le premier set, tout en douceur, élégance classique, harmonie, sans pour autant verser dans le déjà entendu, nous emballe, nous emmaillote dans un cocon, les bruits extérieurs s’estompent et on commence à décoller. Les compositions comme les arrangements sont fabuleusement bien montés, interprétés avec nuances et finesse. Une atmosphère de zenitude joyeuse règne. Notre fidèle public est attentif, peut-être perdu dans la poésie du propos musical équilibré et sensible qui nous est offert. Calme, décontraction, sensation d’amitié partagée autour d’un même objet de plaisir.  Le second set démarre dans la veine du premier, ce n’est qu’une entrée en matière pour évoluer sans heurts vers des morceaux plus dynamiques, le rythme s’accélère, le pouls aussi. Les nouvelles compos de Julien Gillain (piano) tout autant que celles de Julien Marga (guitare) font sensiblement monter la température et par là, l’enthousiasme.  On avait amorcé le décollage, là ça y est on est scotché à son siège, baba de plaisir et de sensations. On sait qu’un second set permet aux musiciens de se libérer du stress de la mise en route, ici encore, cela s’affirme. Les soli décollent, le ton est plus enjoué et heureusement l’âme du groupe ne se disperse pas. De plus, il est évident que ce projet neuf en garde sous la pédale (wawa) et qu’il est sûr que leur futur s’annonce sous les meilleures auspices. A suivre définitivement.
FD

Adrien Volant Quartet – Le 6.6.6 – mercredi 18 mars 2015

Posted in: News

SL375838Que des personnalités et pourtant un ensemble. Brillants, originaux, des compos et des arrangements sur des standards exhumés, un vrai jazz captivant. De plus le lieu s’y prête, canapés ou tables d’hôtes mais fondamentalement une ambiance ‘club’ surtout avec ces performances musicales, ni téléphonées, ni trop inaccessibles, le juste milieu entre confort et découverte. Tout ce qu’il faut pour emporter l’adhésion de chacun. Adrien Volant fascinant à la trompette d’une justesse impressionnante, d’une douceur savoureuse, Lorenzo Di Maio d’une créativité exubérante mêlant les genres sans heurter, Toon Van Dionant plus que présent, enrichissant sans assourdir et Manolo Cabras félin et dansant, enveloppant son instrument et par là son public dans sa sphère d’harmonie. Chacun joue, chacun soutient, chacun complète le tout envoute ! L’enrichissement sonore qu’ils arrivent à nous faire découvrir est étonnant, d’un son « quartet classique » aux nuances carrément rock soutenues par les pédales de la guitare, en passant par les rythmes complexes parfois à la ‘take five’ d’un batteur sur sa planète, il y en a pour tous les goûts. Un répertoire particulièrement bien organisé. Des morceaux variés, peu ou mal connus mais interprétés de manière à donner envie de les réentendre. Un projet à suivre car plein de découvertes, un répertoire original et convaincant. A vous tous, bon suiveurs de jeunes talents en croissance, à très bientôt.
FD

Jérémy Dumont Trio – L’Os à Moelle cabaret – mardi 24 février 2015

Posted in: News

SL375824

Une configuration un peu décalée ce soir. En effet notre ami Victor Foulon a dû passer la main pour cause de tendinite. Le choix de Jérémy s’est dès lors porté sur son complice de longue date, Vincent Cuper. Le bassiste connait Jérémy par cœur, ils ont débuté ensemble au Jazz Studio et après plusieurs projets en commun, chacun a suivi sa route sans pour autant perdre l’autre de vue. De la contrebasse à la basse électrique, changement de sensibilité bien sûr ! Une couleur un peu plus funky un peu plus rock, car Vincent a un style assez décalé de celui de Victor. Donc un autre trio en quelque sorte, qui nous propose un répertoire identique et pourtant un concert différent. Les voici en place et ça sort. Fabio Zamagni assure à la batterie, Jérémy s’envole et Vincent apporte sa touche, le tout reste cohérent, consistant et dynamique. Malgré la découverte pour Vincent des dernières compositions, le rythme n’est pas altéré et le répertoire agrémenté de quelques standards s’enchaine avec énergie et enthousiasme. La variation du ton et de la sonorité du trio prouvent que les compos de Jérémy sont solides et s’adaptent bien à des évolutions de style, la richesse des morceaux permet avec bonheur de s’écarter de l’original sans en trahir l’essence. Leur plaisir à s’exprimer est évident et transpire sur les auditeurs qui se laissent embarquer avec plaisir dans cette sphère alternative. Des artistes de talent qui ont su, le temps d’un concert, nous faire partager leur art, leur connivence, leur créativité et leur amitié respective pour une dégustation unique. Il fallait y être, nous y étions, un rendez-vous à part pour un plaisir partagé.
FD

Nous étions ailleurs – 6.6.6 – mercredi 18 février 2015

Posted in: News

SL375812

Martin Salemi, piano – Silke Blankers, voix – Jan Van Moer, trompette – Ruben Verbruggen, saxophone – Joris Lindemans, contrebasse – Toine Cnockaert, batterie

« Nous étions ailleurs », oui et non, ils étaient bien là à nous faire profiter de leur art, mais bien installés sur la petite scène du 6.6.6, ils se sont effectivement évadés vers leur planète jazz. Mais pas de panique, ils ont été sympas et nous ont emmenés avec eux. Un voyage plein de promesses, car ils sont jeunes, talentueux et comme les voyages forment la jeunesse, ils ont choisi la bonne voie pour évoluer. A six, la formation a du corps et permet des arrangements et des compos richement harmonisées, des unissons pleins, le tout dans un bel accord avec une grande dynamique. Comme nous sommes en voyage cela implique bien sûr de passer par des endroits nouveaux, encore à découvrir, cela se traduit ici par des arrangements originaux, des explorations dans les rythmes, les harmonies, voire les sonorités; néanmoins, le moyen de transport, lui, vient bien de chez nous, ils ont la sagesse de se reposer sur des bases éprouvées mais sans lourdeur ni ringardise. A l’image d’astro-explorateurs sans préjugés, ils s’ouvrent à un large spectre musical, leur excellence technique leur permet de s’aventurer dans des zones de créativité, de sortir des sentiers battus. Un peu surprenant parfois, inattendu souvent – mais c’est là le propre d’une odyssée – rassurant de temps en temps, leur répertoire reste captivant de bout en bout et le public ne s’y est pas trompé. Bref encore un bon moment bien décalé du train-train quotidien et en cette période de congé, une escapade savoureuse.
FD

Tali Toké – L’Os à Moelle – 27 janvier 2015

Posted in: News

Nous avions eu le plaisir de les découvrir au Pavillon Louis XV. Les mêmes artistes, créatifs en diable, seule variation à leur configuration : une batterie complète en lieu et place d’un set de percussion minimaliste à l’époque (faute de place). Les voici donc dans leur présentation originale, sax baryton, accordéon, violon, contrebasse et batterie. Une bonne salle, une belle scène, tout le confort pour se lancer et ils y vont fort cette fois-ci. Que des compos de François Lourtie (sax), originales, enjouées, sensibles. Le groupe est parfaitement réglé et dynamique, tant dans le geste, le langage corporel du violoniste Benoit Leseure et de l’accordéoniste Jonathan De Neck, que dans leurs interprétations musicales. Venons-en à leur musique, le répertoire est fidèle à l’image que nous en avions gardé, un style un peu décalé mais très accessible, un jazz moderne, la batterie de Jérôme Klein rend l’ensemble un peu plus sage ou ‘classique’ que les percus, mais du coup on s’approche plus du jazz en ne perdant rien de l’originalité du son, une harmonie propre à leur choix d’instruments. De nombreuses séquences de dialogue accordéon-violon, sax-guitare (Benjamin Sauzereau), guitare-accordéon, nous ont permis de les découvrir encore mieux. Vraiment des pointures ! Bref un groupe qui mûrit bien, stable dans le temps et fidèle à lui-même, reste créatif et enthousiasmant.
SL375797FD