Catégorie

News

Dumont-Sauzereau-Robert trio – Jazz à Uccle – mercredi 19 avril 2017

Posted in: News

SL376664

Dorian Dumont au piano, Benjamin Sauzereau à la guitare et Mathieu Robert au saxophone soprano.
Duke Elington et Billy Strayhorn revisités par ce trio de virtuoses, quel plaisir. Comme l’explique si bien Dorian, l’un et l’autre son indissociables dans la création, tant au niveau de la composition que des arrangements et, pour notre plus grand bonheur, il en résulte une matière inépuisable offerte aux interprétations au travers des temps et des lieux. En ce qui concerne le lieu, notre trio a fait salle comble à la Ferme Rose. Ce qui est extraordinaire avec ce répertoire est qu’il s’adapte tant aux grandes formations qu’aux trios intimistes. Ce soir en l’occurrence le trio nous a enchanté d’une interprétation toute en finesse, élégance et légèreté. Sans altérer le moins du monde le propos des auteurs, leurs adaptations tout en sensibilité des grands thèmes ou des morceaux moins connus nous ont plongés dans l’atmosphère d’un jazz riche et captivant. Que dire des interprètes de ce soir sinon qu’ils affirment de jour en jour et au fil du temps que le jazz, musique intemporelle par excellence, continue à être un plaisir intense qui miraculeusement grâce à leur investissement, leur talent, leur créativité et leur intelligence musicale continue à se recréer et s’enrichir. Le jour où tout sera dit au sujet de quelque composition jazz que ce soit n’est pas encore arrivé et tant qu’il y aura des artistes de ce niveau l’histoire durera sans se répéter. Donc les réécouter encore et encore restera un pur bonheur.
FD

Pauline Leblond Double Quartet – Jazz à Uccle – mercredi 15 févvrier 2017

Posted in: News

SL376438

Arriver à combiner des styles aussi différents à priori que sont le Jazz et la musique baroque, c’est un pari osé. Arriver à nous faire comprendre, ressentir et apprécier les parallèles qui existent entre eux c’est un pari réussi ! Tout ici réside dans la capacité incroyable de Pauline à nous expliquer en mots, mais surtout en musique les aspects communs d’approche, de construction et de philosophie d’interprétation que partagent le Jazz et la musique baroque. Ce double quartet permet d’exposer et de démontrer en live la richesse harmonique et la liberté d’improvisation qui caractérisent ces deux styles. Et oui la musique baroque, tout comme le jazz, repose sur des écrits sobres et non formels quant à l’interprétation du texte et reste donc ouverte à l’improvisation. Le résultat est bluffant, depuis les morceaux de Bach démarrant en mode ‘original’ pour virer ensuite à de l’improvisation respectueuse de la structure mais libre en rythme et harmonisation, en passant par les thème Jazz interprétés à deux voix par le quatuor à cordes associé au quartet jazz, toutes les facettes d’une musique dynamique, originale, créative et envoutante sont réunies. Pauline a probablement réalisé d’une part un travail colossal d’analyse comparative de ces deux sources d’inspiration pour arriver à en extraire la quintessence tant au niveau de l’esprit que de la mise en œuvre et s’est d’autre part certainement beaucoup investie dans l’écriture et l’arrangement pour arriver à composer des œuvres originales mêlant si intimement ces deux styles. Nous avons donc eu la faveur d’assister à un vrai concert de jazz dans la forme (exposition de thèmes, impros, soli etc.) mais complètement enrichi grâce au décalage apporté par l’écriture baroque. Pour arriver à sublimer la complexité du tout il faut évidemment des artistes à la hauteur et là aussi Pauline a su s’entourer de maîtresse façon. Ce double quartet sonne comme un seul groupe et combine sans heurt et même avec brio tant les styles que les formes et nous fait ressentir ce grand écart artistique comme une figure harmonieuse de danseuse étoile. Ce n’était pas tout à fait une première pour nos jeunes artistes et il est certain que de pouvoir se produire régulièrement enrichira leur prestation. N’hésitez donc pas à les revoir, les programmer ou leur donner l’opportunité de s’exprimer, chacun de leur concert, j’en suis sûr, révélera une nouvelle facette de ce diamant encore un peu brut qui ne demande qu’à être taillé pour révéler en une seule pièce les milles facettes de ces musiques si différentes et tellement fusionnelles.

FD

Ipocontrio – Jazz à Uccle – mercredi 18 janvier 2017

Posted in: News

SL376398

Aah ces Italiens,… Issus d’un des berceaux de la culture et des arts, il faut bien qu’ils assurent la relève et dans ce contexte c’est réussi. Ces jeunes créateurs de jazz sont à comparer avec ceux de la mode ou du design automobile de leur pays d’origine. Talentueux, créatifs, parfaitement inscrits dans leur époque et pourtant pétris de classicisme et de références. C’est comme cela que s’exprime Ipocontrio. Ce soir ils nous ont proposé un programme principalement articulé autour de leurs compos, donc par défaut des créations actuelles et pourtant chacun s’y est retrouvé. Leur programme inspire des sentiments nouveaux tout autant qu’il éveille des réminiscences, une impression de déjà entendu, sans savoir où ni quand mais surtout sans impression de répétition ou de quelconque plagiat. Un jazz de facture plutôt mainstream de très haute tenue. L’excellence de chacun des protagonistes y est pour quelque chose – Armando Luongo à la batterie, Bruno Salicone au piano et Francesco Galatro à la contrebasse – ils maîtrisent parfaitement leur sujet et nous font voyager dans le temps comme dans l’espace. L’enthousiasme méditerranéen et ensoleillé de leur jeu sur des compos aux accents rétros, bluesy ou parfois plus modern-jazz fait des merveilles. De plus le répertoire est consistant et l’articulation de la set liste est bien construite, pas de temps morts, le tempo monte et descend, l’intensité aussi, de quoi se croire bercé par le ressac doux et régulier de la grande bleue dans une ambiance de fin d’après-midi festive. Bon là on était en soirée mais le public a vraiment participé et la chaleur y était malgré la rigueur des frimas actuels sous nos latitudes. omme quoi, il ne faut parfois pas aller si loin pour se réchauffer !
FD

 

Jazz & Live painting impro session – Jérémy Dumont Trio & Art de Noé

Posted in: News

Vendredi 9 décembre au Droh!me

dsc_3861

Waouh ! A événement spécial prestation spéciale, ou comment redécouvrir des artistes que nous connaissions poussés hors de leur zone de confort ?
Pas rien que de soumettre un trio de jazz bien rôdé et un jeune graphiste au challenge d’une création commune en live. Noé Pauporté  s’y était engagé, sa fresque devait être totalement improvisée pour respecter les règles du jeu. Donc pas de copion, pas d’esquisse ni de brouillon, une page ou plutôt deux murs ‘blancs’ prêts à nous révéler comment ses sensations créées par la musique guideraient sa main. Une vraie symbiose transparait, le trio démarre et installe le fond d’ambiance, l’esprit du concert. En parallèle Noé crée son fond coloré, le geste est ample et délié, manifestement la musique est inspirante. Difficile de commenter une création picturale. D’abord les bases, ensuite des traits, enfin des êtres et finalement des visages. Une construction patiente qui finit par délivrer une fresque aux multiples facettes parfaitement représentative des humeurs et sentiments inspirés par le trio.
Les perceptions du public sont aussi variées que ce que le programme des artistes nous a offert. Forcément, comme pour toute interprétation d’une œuvre, quelle qu’elle soit, chacun a sa vision, sa compréhension. Néanmoins, un sentiment commun nous a été rendu, les quatre artistes n’ont fait qu’un ! Soit par le mouvement, soit par la mimique des cartoons, soit par la couleur, selon la perception de chacun, le concert s’est littéralement concrétisé sur les murs du Droh!me ! Libéré des contraintes éventuelles d’un format de concert ou d’une prestation de présentation de CD, le Jérémy Dumont Trio nous a fait découvrir un nouvel aspect de son art, une ouverture et une créativité impressionnante. Si le fond reste pérenne et s’appuie sur les compositions connues ou nouvelles de Jérémy, les ajouts imposés par la contrainte particulière de devoir assurer deux set de 45 minutes sans interruptions ni commentaires, de manière à ne pas casser l’élan de Noé, ont permis au trio d’aller chercher de nouveaux modes d’interprétation. L’ajout au piano des claviers, synthé, Rhodes et autres box, ont définitivement enrichi de nouvelles couleurs et d’une nouvelle énergie leur prestation. Le résultat, très jazz est définitivement complété de sons funk et fusion parfaitement dosés qui rehaussent la palette sonore du groupe, ce qui ce soir collait parfaitement bien avec la palette de couleur de Noé.
Une soirée de dégustation d’objets sonores et visuels dans la lignée des grands ‘events’ réalisés par des artistes généreux qui ont conquis leur public et imposé un respect certain quant à leur performance.
Merci à Jazz4you et au Droh!me d’avoir osé certes mais d’avoir réussi surtout à nous offrir cette soirée.
FD

WMS 7tet – Jazz à Uccle – mercredi 16 novembre 2016

Posted in: News

sl376384Du Wynton Marsalis, revu et interprété sans trahison !
Une gageure pour ce Septet de jeunes (Alexandre Hérichon, trompette – Edouard Wallyn, trombone – Kenny Jeanney, saxophone – Mathieu Najean, Sax ténor/soprano, arrangements  – Maxime Moyaert, piano – Victor Foulon, contrebasse – Armando Luongo, batterie) que de s’attaquer à ‘la’ pointure en la matière qu’est Wynton Marsalis. Le septet original de Wynton s’est principalement intéressé à la musique d’avant-guerre, issue en droite ligne des racines ‘New Orleans’ du jazz en s’inspirant des grands de l’époque, de Jerry Roll Morton en passant par Louis Armstrong, le Duke et tant d’autres de cette période particulièrement créative et dont tout le jazz actuel est encore tellement imprégné. Reprendre la configuration du septet, oser réarranger certaines compos et arriver à sonner ‘à la Wynton Marsalis Septet’ il faut le faire. Le WMS ne nous a pas déçus, tout y était. Le son, le swing, la musicalité envoutante, le tout, plein d’énergie et de complicité entre les membres du groupe. Tout donc pour enchanter le public nombreux et attentif qui s’était réuni ce mercredi. Depuis les afficionados un peu nostalgiques de l’entre-deux guerres aux amateurs exigeants de musique actuelle, chacun s’y est retrouvé. Le WMS réussi une synthèse parfaite entre le rendu de la formation originale et les envolées improvisées teintées d’influences plus contemporaines tout en respectant ‘l’esprit’ et les couleurs originelles. Qui plus est, en ces temps ombrageux tant au niveau de la météo que du reste, le répertoire est festif, donne envie de bouger, de taper du pied et de dodeliner de la tête, une vrai séance de remise en forme du moral, de quoi se gonfler de bonne humeur et d’optimisme, et oui, des événements positifs arrivent encore et qui plus est dans une sphère de culture d’échange et de partage. Que demander de plus ? – Et bien de les réentendre bien sûr. Le WMS est formé d’artistes rodés dans ce type de formation, (membres du ‘God Save the Swing’, de big bands…) et les arrangeurs sont toujours au top. Ils ont donc de bonnes bases pour atteindre l’ambitieux objectif qu’ils se sont fixé et manifestement leur travail et investissement dans ce projet porte ses fruits. Profiter de ce WMS en life est vraiment une belle opportunité de se faire plaisir tant en termes d’ambiances que de qualité et excellence.
Si vous en avez l’occasion, ne les ratez pas !
FD

Base-12 – Jazz à Uccle – mercredi 19 octobre 2016

Posted in: News

sl376208Voilà, Jazz à Uccle à la Ferme Rose prend ses marques. Sans prétendre que le rodage soit terminé, les éléments trouvent leur place. Nous avons mis les musiciens dans l’angle de notre grenier Jazz et ça fonctionne. Donc nouvelle disposition et nouveau trio, tout à l’opposé du programme de standards proposés le mois passé, nous avons découvert l’univers de Gilles Vanoverbeke, pianiste définitivement inspiré. Le trio est vraiment fusionnel (Matteo Mazzù à la basse et Oscar Georges à la batterie), tout un répertoire sans aucune partition, c’est dire s’ils l’ont bien intégré, digéré et maîtrisé. Du coup, liberté totale, pas de stress ou de contraintes du genre « où je suis ? » ou « où t’en es ? » et cela transpire au grand plaisir des auditeurs. Le changement de disposition et l’ambiance particulièrement envoûtante des compos de Gilles ont vraiment bien fonctionnés. Et heureusement car il y avait de la matière à savourer. Un univers jazz teinté d’influences pop, laissant transparaître des échos de standards délicats, on sent les racines et on apprécie la modernité. Comme d’habitude la sélection rigoureuse et sévère de Jazz4you (Lydia) garantit l’excellence technique, néanmoins, ce qui épate ici c’est surtout la musicalité du groupe.
A suivre, sachant que les groupes capables de proposer tout un concert de compos, n’ont par défaut pas fini de créer et donc de nous surprendre et ravir encore et encore.
A+ FD

Cabay-Piccioni-Moyaerts Trio – Jazz à Uccle – mercredi 21 septembre 2016

Posted in: News

cabay-piccioni-moyaerts-3-etienne-bauduin

Bon, nouvelle saison, nouveau lieu, ça a été dit, publié, e-mailé, facebooké etc. on ne va pas y revenir. Un petit stress bien sûr, dans quel état de finition était la Ferme rose, allions-nous essuyer les plâtres ? Et bien non, tout était nickel, même le plafonnage, blanc lisse et sec. Le personnel de la Ferme rose nous a accueillis avec gentillesse, sourire et enthousiasme. Et le public nombreux n’a pas regretté d’être venu. En effet le Trio d’Arnaud Cabay aux drums, Maxime Moyaert au piano et Dario Piccioni à la contrebasse était un choix parfait pour lancer la saison. Un trio vraiment captivant, qui nous a offert un concert articulé autour de grands compositeurs interprètes devenus des légendes dans leurs styles, de Thelonious Monk à Cool Porter, des standards revisités et interprétés avec brio et imagination. La palette de couleurs et de timbres était parfaitement équilibrée et maîtrisée et tant l’ensemble que chacun des intervenants étaient captivant à suivre. La formule Trio initiée par un batteur n’est pas particulièrement courante, est-ce donc une particularité des percussionnistes de laisser un espace géant à chacun ? Que de soli, d’envolées, de chants, de contre-chants de réponses et d’échanges, qui toujours ‘atterrissent’ dans une harmonie d’ensemble et un retour aux repères rassurant suite à ces voyages dans le temps et dans l’espace.
Une entrée en matière plus que réussie, grâce à ce trio magnifique, qui ne peut qu’augurer des lendemains jazzant au plus haut niveau.
FD

Le 30 avril 2016, Journée internationale du Jazz à Uccle

Posted in: News

On en parle dans le Wolvendael n° 620 du mois de juin !
Le Wolvendael juin 2016

La journée Internationale du Jazz est le point culminant de la célébration du jazz au niveau planétaire. Cet événement unique à Uccle, est l’occasion de partager la place St Job en toute convivialité et en particulier cette année, de passer un samedi  après-midi festif, chaleureux et annonciateur d’un printemps universel.
Troisième édition du grand challenge annuel de Jazz4you qu’est la Journée Internationale du Jazz de l’Unesco. Troisième succès, atteint de haute lutte qui plus est !!! Les circonstances et les éléments n’étaient pas en notre faveur, depuis le déplacement du podium à côté de l’église en passant par le vent polaire et la fermeture inopinée du 6.6.6., il nous a fallu le support et l’enthousiasme sans failles de tous ceux qui de près ou de loin nous ont soutenus pour réaliser cette journée. Difficile de mettre un ordre dans ces remerciements, mais nous tenons vraiment vous saluer toutes et tous bien bas. Peut-être faut-il avant tout remercier le public cette année, assister à une heure entière de concert par une température moyenne inférieure à dix degrés, il faut vraiment s’accrocher. Donc cher et fidèle public à tous et toutes nos plus chaleureux remerciements. Il y a bien sûr la Commune qui nous apporte son concours technique et financier et ce fidèlement depuis la première édition, Madame Carine Gol-Lescot, ses collaboratrices, Regina Boxy, Vinciane Burton et les services techniques (podium, chaises, électricité, police, négociation avec les forains, Isabelle Welvis), qui ont été vraiment efficaces et surtout charmants dans tous nos échanges. Aah, nos bénévoles, une solide équipe cette année, toujours sous la houlette ferme mais bienveillante de Elisa, Didier, Pascal, Marina, Marie, Georges, Johane, Sarah, Gauthier pour son reportage photo, se sont donnés à fond et surtout sont parvenus à garder leur enthousiasme et à ne pas fléchir dans leurs motivations même quand nous avons failli annuler l’événement. Leur énergie et leur participation nous ont vraiment boostés pour ne pas lâcher prise. Viennent nos partenaires, grâce à qui nous avons pu, entre autre, enrichir notre offre avec le bar, convivial et sympathiquement géré. (le café de Caffè Mobile et le thé ont bien réchauffés public et musiciens). Le brasseur Marc Jadoulle,  ‘Quitou’ notre fournisseur de vins et cava, ‘Matière à Suivre’ pour les meubles, Citroën Drogenbos pour la grande camionnette, VCL Productions pour la sono et le personnel son, professionnels et efficaces, Music Town et en particulier Alexandre pour sa présence, ses conseils et son apport expérimenté à l’équipe technique. Nos remerciements aussi à ceux que nous considérons comme partenaires, tous nos sponsors et mécènes. Enfin merci à tous nos musiciens, près de cinquante cette année, Le Bravo Big Band, le David Linx Ensemble, l’International Latin Group. Leur énergie et le bonheur affiché qu’ils ont à jouer et chanter est tellement communicatif que le climat est passé en second plan même après 19h quand l’ILG a fait danser le public sur le pavé ingrat des trottoirs. Ils en ont eu du courage, taper juste sur un clavier, viser correctement sur son manche de guitare, enchainer les soli virtuoses au sax avec les doigts gelés…, une sacré performance. Ils nous ont offert des prestations au top niveau, sont restés pro et sympas, ont joué avec enthousiasme et ‘chaleur’. Mille merci à tous d’avoir été là, bien organisés et souriants.

Jérémy Dumont Trio – Jazz à Uccle – mercredi 20 avril 2016

Posted in: News

SL376114

Trois éléments caractérisent ce superbe Trio: La créativité, la sensibilité, la dynamique.
La créativité : le leader, compositeur et arrangeur du trio, Jérémy Dumont (piano), fait vraiment preuve d’une grande qualité d’écriture. Tant dans ses compositions que dans les arrangements de standards, les idées et les ambiances fusent, s’entrecroisent et nous étonnent à chaque fois et cerise sur le gâteau, le tout reste cohérent et le fil du concert se laisse suivre tout en harmonie.
La sensibilité : Là ils s’y mettent à trois. La créativité ouvre la porte grâce aux thèmes toujours justes et délicats mais c’est l’interprétation à trois, Victor Foulon (contrebasse) et Fabio Zamagni (batterie), qui transmet aux auditeurs toutes ces nuances et variations qui nous donnent ces délicieux frissons. L’annonce des titres par Jérémy Dumont nous plonge dans le cadre de ce qui a déclenché son inspiration. De son fils Aaron aux plages ensoleillées en passant par ses doutes et ses coups de cœur, nous embarquons dans leur univers car en trio les ambiances et les sentiments qui y sont associés sont particulièrement bien rendus.
La dynamique : Ici aussi ils sont à trois. S’il est bien une constante qui s’affirme à chaque concert du JD Trio, c’est que l’on n’a pas le temps de s’endormir. Du ‘Blues For Tilou’ à ‘Excitation’ en passant par les ballades, quels que soient les tempi, l’interprétation reste intense sans aucune mollesse. En résulte donc un véritable enthousiasme dans leur jeu et un appétit toujours vif dans le chef des auditeurs.
Bref un Trio de talent qui jusqu’à ce jour reste sur les rails de son excellence.
A suivre ici ou ailleurs …
FD

Pauline Leblond Trio – Jazz à Uccle – mercredi 16 mars 2016

Posted in: News

SL376102Un trio tout en saveurs, simple, élégant, bref agréable à voir et surtout à entendre. Pauline Leblond, nous la suivons depuis quelques temps déjà, de même qu’Armando Luongo, et il faut bien avouer qu’ils ne nous ont jamais déçus. Comme vous le savez, réentendre et suivre des musiciens est un exercice risqué. Ceux qui tiennent vraiment la route et ne lassent pas sont par défaut des artistes vrais. Cette soirée ne fait que renforcer notre sentiment à l’égard de ce trio. De plus, un répertoire 100% standards où l’on attend l’interprète au tournant, et en trio, la formation par excellence qui ne permet pas de tricher. Ils ont osé relever ce challenge et ont passé haut la main le jugement d’un public averti et définitivement conquis. Chacun a eu énormément de place, nous avons rarement des concerts émaillés de tant de soli de batterie et de contrebasse (Cédric Raymond) et comme chacun d’eux assure un niveau vraiment impressionnant, tous ces moments ont été sans exception des tranches de vrai bonheur. Le public (encore lui), acteur fondamental de la réussite d’un concert, ne s’y est pas trompé, l’écoute a vraiment été « religieuse ». Preuve qu’il fallait y être, comme d’hab !
FD