Catégorie

News

Base-12 – Jazz à Uccle – mercredi 19 octobre 2016

Posted in: News

sl376208Voilà, Jazz à Uccle à la Ferme Rose prend ses marques. Sans prétendre que le rodage soit terminé, les éléments trouvent leur place. Nous avons mis les musiciens dans l’angle de notre grenier Jazz et ça fonctionne. Donc nouvelle disposition et nouveau trio, tout à l’opposé du programme de standards proposés le mois passé, nous avons découvert l’univers de Gilles Vanoverbeke, pianiste définitivement inspiré. Le trio est vraiment fusionnel (Matteo Mazzù à la basse et Oscar Georges à la batterie), tout un répertoire sans aucune partition, c’est dire s’ils l’ont bien intégré, digéré et maîtrisé. Du coup, liberté totale, pas de stress ou de contraintes du genre « où je suis ? » ou « où t’en es ? » et cela transpire au grand plaisir des auditeurs. Le changement de disposition et l’ambiance particulièrement envoûtante des compos de Gilles ont vraiment bien fonctionnés. Et heureusement car il y avait de la matière à savourer. Un univers jazz teinté d’influences pop, laissant transparaître des échos de standards délicats, on sent les racines et on apprécie la modernité. Comme d’habitude la sélection rigoureuse et sévère de Jazz4you (Lydia) garantit l’excellence technique, néanmoins, ce qui épate ici c’est surtout la musicalité du groupe.
A suivre, sachant que les groupes capables de proposer tout un concert de compos, n’ont par défaut pas fini de créer et donc de nous surprendre et ravir encore et encore.
A+ FD

Cabay-Piccioni-Moyaerts Trio – Jazz à Uccle – mercredi 21 septembre 2016

Posted in: News

cabay-piccioni-moyaerts-3-etienne-bauduin

Bon, nouvelle saison, nouveau lieu, ça a été dit, publié, e-mailé, facebooké etc. on ne va pas y revenir. Un petit stress bien sûr, dans quel état de finition était la Ferme rose, allions-nous essuyer les plâtres ? Et bien non, tout était nickel, même le plafonnage, blanc lisse et sec. Le personnel de la Ferme rose nous a accueillis avec gentillesse, sourire et enthousiasme. Et le public nombreux n’a pas regretté d’être venu. En effet le Trio d’Arnaud Cabay aux drums, Maxime Moyaert au piano et Dario Piccioni à la contrebasse était un choix parfait pour lancer la saison. Un trio vraiment captivant, qui nous a offert un concert articulé autour de grands compositeurs interprètes devenus des légendes dans leurs styles, de Thelonious Monk à Cool Porter, des standards revisités et interprétés avec brio et imagination. La palette de couleurs et de timbres était parfaitement équilibrée et maîtrisée et tant l’ensemble que chacun des intervenants étaient captivant à suivre. La formule Trio initiée par un batteur n’est pas particulièrement courante, est-ce donc une particularité des percussionnistes de laisser un espace géant à chacun ? Que de soli, d’envolées, de chants, de contre-chants de réponses et d’échanges, qui toujours ‘atterrissent’ dans une harmonie d’ensemble et un retour aux repères rassurant suite à ces voyages dans le temps et dans l’espace.
Une entrée en matière plus que réussie, grâce à ce trio magnifique, qui ne peut qu’augurer des lendemains jazzant au plus haut niveau.
FD

Le 30 avril 2016, Journée internationale du Jazz à Uccle

Posted in: News

On en parle dans le Wolvendael n° 620 du mois de juin !
Le Wolvendael juin 2016

La journée Internationale du Jazz est le point culminant de la célébration du jazz au niveau planétaire. Cet événement unique à Uccle, est l’occasion de partager la place St Job en toute convivialité et en particulier cette année, de passer un samedi  après-midi festif, chaleureux et annonciateur d’un printemps universel.
Troisième édition du grand challenge annuel de Jazz4you qu’est la Journée Internationale du Jazz de l’Unesco. Troisième succès, atteint de haute lutte qui plus est !!! Les circonstances et les éléments n’étaient pas en notre faveur, depuis le déplacement du podium à côté de l’église en passant par le vent polaire et la fermeture inopinée du 6.6.6., il nous a fallu le support et l’enthousiasme sans failles de tous ceux qui de près ou de loin nous ont soutenus pour réaliser cette journée. Difficile de mettre un ordre dans ces remerciements, mais nous tenons vraiment vous saluer toutes et tous bien bas. Peut-être faut-il avant tout remercier le public cette année, assister à une heure entière de concert par une température moyenne inférieure à dix degrés, il faut vraiment s’accrocher. Donc cher et fidèle public à tous et toutes nos plus chaleureux remerciements. Il y a bien sûr la Commune qui nous apporte son concours technique et financier et ce fidèlement depuis la première édition, Madame Carine Gol-Lescot, ses collaboratrices, Regina Boxy, Vinciane Burton et les services techniques (podium, chaises, électricité, police, négociation avec les forains, Isabelle Welvis), qui ont été vraiment efficaces et surtout charmants dans tous nos échanges. Aah, nos bénévoles, une solide équipe cette année, toujours sous la houlette ferme mais bienveillante de Elisa, Didier, Pascal, Marina, Marie, Georges, Johane, Sarah, Gauthier pour son reportage photo, se sont donnés à fond et surtout sont parvenus à garder leur enthousiasme et à ne pas fléchir dans leurs motivations même quand nous avons failli annuler l’événement. Leur énergie et leur participation nous ont vraiment boostés pour ne pas lâcher prise. Viennent nos partenaires, grâce à qui nous avons pu, entre autre, enrichir notre offre avec le bar, convivial et sympathiquement géré. (le café de Caffè Mobile et le thé ont bien réchauffés public et musiciens). Le brasseur Marc Jadoulle,  ‘Quitou’ notre fournisseur de vins et cava, ‘Matière à Suivre’ pour les meubles, Citroën Drogenbos pour la grande camionnette, VCL Productions pour la sono et le personnel son, professionnels et efficaces, Music Town et en particulier Alexandre pour sa présence, ses conseils et son apport expérimenté à l’équipe technique. Nos remerciements aussi à ceux que nous considérons comme partenaires, tous nos sponsors et mécènes. Enfin merci à tous nos musiciens, près de cinquante cette année, Le Bravo Big Band, le David Linx Ensemble, l’International Latin Group. Leur énergie et le bonheur affiché qu’ils ont à jouer et chanter est tellement communicatif que le climat est passé en second plan même après 19h quand l’ILG a fait danser le public sur le pavé ingrat des trottoirs. Ils en ont eu du courage, taper juste sur un clavier, viser correctement sur son manche de guitare, enchainer les soli virtuoses au sax avec les doigts gelés…, une sacré performance. Ils nous ont offert des prestations au top niveau, sont restés pro et sympas, ont joué avec enthousiasme et ‘chaleur’. Mille merci à tous d’avoir été là, bien organisés et souriants.

Jérémy Dumont Trio – Jazz à Uccle – mercredi 20 avril 2016

Posted in: News

SL376114

Trois éléments caractérisent ce superbe Trio: La créativité, la sensibilité, la dynamique.
La créativité : le leader, compositeur et arrangeur du trio, Jérémy Dumont (piano), fait vraiment preuve d’une grande qualité d’écriture. Tant dans ses compositions que dans les arrangements de standards, les idées et les ambiances fusent, s’entrecroisent et nous étonnent à chaque fois et cerise sur le gâteau, le tout reste cohérent et le fil du concert se laisse suivre tout en harmonie.
La sensibilité : Là ils s’y mettent à trois. La créativité ouvre la porte grâce aux thèmes toujours justes et délicats mais c’est l’interprétation à trois, Victor Foulon (contrebasse) et Fabio Zamagni (batterie), qui transmet aux auditeurs toutes ces nuances et variations qui nous donnent ces délicieux frissons. L’annonce des titres par Jérémy Dumont nous plonge dans le cadre de ce qui a déclenché son inspiration. De son fils Aaron aux plages ensoleillées en passant par ses doutes et ses coups de cœur, nous embarquons dans leur univers car en trio les ambiances et les sentiments qui y sont associés sont particulièrement bien rendus.
La dynamique : Ici aussi ils sont à trois. S’il est bien une constante qui s’affirme à chaque concert du JD Trio, c’est que l’on n’a pas le temps de s’endormir. Du ‘Blues For Tilou’ à ‘Excitation’ en passant par les ballades, quels que soient les tempi, l’interprétation reste intense sans aucune mollesse. En résulte donc un véritable enthousiasme dans leur jeu et un appétit toujours vif dans le chef des auditeurs.
Bref un Trio de talent qui jusqu’à ce jour reste sur les rails de son excellence.
A suivre ici ou ailleurs …
FD

Pauline Leblond Trio – Jazz à Uccle – mercredi 16 mars 2016

Posted in: News

SL376102Un trio tout en saveurs, simple, élégant, bref agréable à voir et surtout à entendre. Pauline Leblond, nous la suivons depuis quelques temps déjà, de même qu’Armando Luongo, et il faut bien avouer qu’ils ne nous ont jamais déçus. Comme vous le savez, réentendre et suivre des musiciens est un exercice risqué. Ceux qui tiennent vraiment la route et ne lassent pas sont par défaut des artistes vrais. Cette soirée ne fait que renforcer notre sentiment à l’égard de ce trio. De plus, un répertoire 100% standards où l’on attend l’interprète au tournant, et en trio, la formation par excellence qui ne permet pas de tricher. Ils ont osé relever ce challenge et ont passé haut la main le jugement d’un public averti et définitivement conquis. Chacun a eu énormément de place, nous avons rarement des concerts émaillés de tant de soli de batterie et de contrebasse (Cédric Raymond) et comme chacun d’eux assure un niveau vraiment impressionnant, tous ces moments ont été sans exception des tranches de vrai bonheur. Le public (encore lui), acteur fondamental de la réussite d’un concert, ne s’y est pas trompé, l’écoute a vraiment été « religieuse ». Preuve qu’il fallait y être, comme d’hab !
FD

Joachim Caffonnette Quintet – Jazz à Uccle – mercredi 17 février 2016

Posted in: News

SL376100

Ah Joachim, il évolue, s’enrichit, mûrit et reste malgré tout lui-même. Tout en délicatesse, intériorité et harmonie. Il a définitivement de belles histoires à raconter. Ces contes-là sont ciselés, de la dentelle, tout en douceur et cela force une écoute attentive. Parfois mélancoliques, souvent poétiques, les thèmes sont merveilleusement bien orchestrés et le rôle de chacun des protagonistes du quintet idéalement équilibré pour rendre le tout riches et savoureux. Un jazz zen, maîtrisé dans les moindres détails, pas d’étalage grandiloquent et comme tous font preuve d’une fabuleuse maîtrise technique – Florent Jeunieaux (guitare), Sylvain Debaisieux (sax ténor), Daniele Cappucci (contrebasse), Armando Luongo (batterie) – cela rend l’ensemble léger, aérien et permet de s’immerger avec plaisir dans leur univers. Ces contes musicaux offrent à chacun de participer aux dialogues ou conversations à deux, trois, quatre ou cinq, de vrais échanges, de vrais personnages collaborant à la construction de la fable, qui donnent envie de suivre le déroulement de l’histoire, de suivre le fil du thème dans les différents décors mis en place au cours du morceau. On sent bien les qualités d’arrangeur de Joachim qui a l’élégance de mettre chacun de ses partenaires à la fête d’une manière qui semble évidente et naturelle. Bref, un ensemble qui, sans avoir l’air de forcer, nous offre un répertoire d’une grande intelligence et sensibilité et ceci grâce à la somme de leurs qualités individuelles qui se fondent dans un tout savoureux et discrètement virtuose. Simplexity à acquérir et réécouter à satiété…
FD

Dat Mess’ – Jazz à Uccle – mercredi 20 janvier 2016

Posted in: News

SL376069

Froid, neige, gel ! Que faire pour se réchauffer ? Rien de mieux que du bon jazz dans sa plus pure tradition d’échange et de partage ! comme autour d’un bon feu de cheminée, s’installer, trouver ses marques et se laisser envahir par la chaleur de cette musique issue, dans le répertoire de ce soir, de ses racines les plus chaudes. Ambiance définitivement « hot club » du be bop des belles années. Se remettre de l’agitation des fêtes de fin d’année grâce à la respiration qu’ils nous ont offerte, quoi de mieux ? Une belle formation, équilibrée, deux souffleurs, cela donne toujours des opportunités harmoniques enrichissantes et dans le cas présent, la pêche de la trompette de Ruben Hernandez associée à la saveur très féminine de Fanny Perche au sax nous ont ravis. La section rythmique, Julien Gillain au piano, Nicolas Puma à la contrebasse et Lucas Vanderputten à la batterie, a plus qu’assuré sans être envahissante, elle enrichit et/ou soutient selon le besoin. Néanmoins, le tout garde énormément de rondeur et chacun a le temps de s’exprimer. Et ils ne s’en privent pas, avec ce qui est marquant, un grand respect de l’esprit du groupe. Bref, un beau début d’année qui nous rappelle les fondamentaux du jazz : oser se lancer vers le futur sans renier le passé.
FD

Yuan Quintet – Jazz à Uccle – mercredi 20 décembre 2015

Posted in: News

SL376059

D’abord une personnalité ou plutôt une personne. Wen-Hui Tsai se révèle, se dévoile en toute pudeur. Son concert retrace l’histoire de son parcours, celui qui l’a menée à ce qu’elle est aujourd’hui. Un début intimiste en trio qui ne nous expose que l’actuel de sa personnalité, sa voix chaude, puissante ou réservée, toujours envoûtante ! On ressent de la tendresse, toujours une ‘zenitude’ toute asiatique, une joie d’être là et de partager, ceci étant valable pour chaque interprète du trio qui ont tous l’opportunité de s’exprimer pleinement. Une guitare (Tim Finoulst) fine, nette, précise et surtout harmonieuse, une basse (Martijn Vanbuel) délicate et inspirée. Vient le second set en quintette. Une autre approche bien sûr mais surtout celui d’une étape, d’un chemin, celui de Wen. On y retrouve et perçoit le début de son parcours. Après la poésie de ses origines, on en arrive à David Linx, son dernier « Maître » dont les interprétations de Wen sont teintées. La formation de base, renforcée du batteur (Matthias De Waele) et du pianiste (Hendrik Lasure) gagne en puissance et pourtant le fil du concert suit son cours. Après Yuan trio, Yuan quintet continue à nous faire participer aux émotions qui ont émaillé leur chemin de vie musical et humain. Un très beau moment d’échange et une performance établissant clairement – pour autant que ce soit encore nécessaire – que les techniques et la colorisation jazz peuvent définitivement s’appliquer à toutes les sources dès lors qu’elles sont interprétées avec talent et motivation.
Encore une fois, fallait y être, soyez-y à la prochaine…
FD

RG Hybrid Project – Jazz à Uccle – mercredi 18 novembre 2015

Posted in: News

Marc Moulin aurait adoré ! Fidèles à nos concepts, nous avons puisé dans ce merveilleux vivier qu’est le Conservatoire Royal de Bruxelles. Sa réputation n’est plus à faire, pour preuve la formation de ce soir est principalement composée de musiciens français, qui débarquent chez nous pour profiter de l’excellence de notre enseignement, bien qu’ils soient déjà armés d’un solide bagage.  Difficile à décrire, tellement de couleurs, d’ambiances, d’atmosphères. Les bases sont rythmiques, soutenues par une batterie d’enfer, variée et musicale et une basse de dynamite (Matis Regnault) jamais en repos. Le trio d’instruments ‘clairs’, sax alto ou soprano (Abel Jednak), guitare (Florent Souchet) et vibraphone est lumineux. Ensemble, c’est l’énergie qu’ils dégagent qui est bluffant. Donner l’impression au tout premier morceau qu’ils sont ‘chauds’ comme en fin de second set, il faut le faire. Ensuite, entretenir la chaudière à ce même niveau, c’est une performance ! Bon, la France, c’est dix-huit fois la Belgique sans compter les territoires d’Outremer, donc leur horizon est large. Et bien, nous en avons profité.  Des influences à la Saint-Germain dans les impros de Romain Garcera (vibraphone) aux compos plus iliennes de Josaphat Hounnou (batterie), ils nous ont offert un jazz très jazz, très moderne, frais, explosif, inspiré, de la jeunesse, du peps, du renouveau et pourtant nous n’étions pas largués. Un bel équilibre ! Avec ce genre de formation, les DJ n’ont qu’à bien se tenir. De l’ambiance, du rythme, du plaisir, du groove et de la pêche, tout pour une soirée réussie avec à la clef des vrais musiciens en live, virtuoses et sympas.
SL376048FD

Théo Zipper Quartet – Jazz à Uccle – mercredi 21 octobre 2015

Posted in: News

SL376034

La mer, la mer. D’aucun savent que j’y suis particulièrement attaché, voire complètement amoureux. Et bien ce soir, nous y étions ! Pas pour le décor bien sûr, mais quelles vagues nous ont bercés toute cette soirée. Vague n’est peut-être pas le bon mot, flux, reflux, courants, montée, surf en descente, accalmie, coups de vent, averse ou grand soleil, bref toutes les sensations du navigateur en mode découverte. Y compris les stress du départ et les joies de l’atterrissage. Ils nous ont servi un répertoire de compositions qui, par défaut, font fi des repères. Donc navigation à vue, compositions qui nous ont offert toutes les sensations nécessaires à créer un climat de bien-être. Bien-être à postériori d’avoir vécu quelque chose qui, sur le moment pouvait être déconcertant ou inattendu mais qui au final est une expérience enrichissante. Une impression première d’un groupe disparate d’individualités brillantes, qui, si l’on veut bien prendre un peu de recul, forment au final une conjonction d’éléments déterminant un ensemble (marées, lames, courants forment aussi un tout). Sortir des sentiers battus, un challenge pas facile à relever, ils le font avec brio. Tout comme le microcosme d‘un bateau perdu au milieu de l’océan, chaque concert crée une bulle dans l’espace et le temps dont seuls ceux qui l’ont vécu peuvent en parler, heureux ou pas de l’expérience. Celle-ci fut un bonheur pour la plupart, un peu rude pour d’autres mais enrichissante pour tous. Une découverte, un univers dans lequel il serait bon de s’immerger encore et encore. En bon entendeur, laisser vous porter par les vents.
FD