Catégorie

News

Jérémy Dumont Trio – Jazz à Uccle – mercredi 20 avril 2016

Posted in: News

SL376114

Trois éléments caractérisent ce superbe Trio: La créativité, la sensibilité, la dynamique.
La créativité : le leader, compositeur et arrangeur du trio, Jérémy Dumont (piano), fait vraiment preuve d’une grande qualité d’écriture. Tant dans ses compositions que dans les arrangements de standards, les idées et les ambiances fusent, s’entrecroisent et nous étonnent à chaque fois et cerise sur le gâteau, le tout reste cohérent et le fil du concert se laisse suivre tout en harmonie.
La sensibilité : Là ils s’y mettent à trois. La créativité ouvre la porte grâce aux thèmes toujours justes et délicats mais c’est l’interprétation à trois, Victor Foulon (contrebasse) et Fabio Zamagni (batterie), qui transmet aux auditeurs toutes ces nuances et variations qui nous donnent ces délicieux frissons. L’annonce des titres par Jérémy Dumont nous plonge dans le cadre de ce qui a déclenché son inspiration. De son fils Aaron aux plages ensoleillées en passant par ses doutes et ses coups de cœur, nous embarquons dans leur univers car en trio les ambiances et les sentiments qui y sont associés sont particulièrement bien rendus.
La dynamique : Ici aussi ils sont à trois. S’il est bien une constante qui s’affirme à chaque concert du JD Trio, c’est que l’on n’a pas le temps de s’endormir. Du ‘Blues For Tilou’ à ‘Excitation’ en passant par les ballades, quels que soient les tempi, l’interprétation reste intense sans aucune mollesse. En résulte donc un véritable enthousiasme dans leur jeu et un appétit toujours vif dans le chef des auditeurs.
Bref un Trio de talent qui jusqu’à ce jour reste sur les rails de son excellence.
A suivre ici ou ailleurs …
FD

Pauline Leblond Trio – Jazz à Uccle – mercredi 16 mars 2016

Posted in: News

SL376102Un trio tout en saveurs, simple, élégant, bref agréable à voir et surtout à entendre. Pauline Leblond, nous la suivons depuis quelques temps déjà, de même qu’Armando Luongo, et il faut bien avouer qu’ils ne nous ont jamais déçus. Comme vous le savez, réentendre et suivre des musiciens est un exercice risqué. Ceux qui tiennent vraiment la route et ne lassent pas sont par défaut des artistes vrais. Cette soirée ne fait que renforcer notre sentiment à l’égard de ce trio. De plus, un répertoire 100% standards où l’on attend l’interprète au tournant, et en trio, la formation par excellence qui ne permet pas de tricher. Ils ont osé relever ce challenge et ont passé haut la main le jugement d’un public averti et définitivement conquis. Chacun a eu énormément de place, nous avons rarement des concerts émaillés de tant de soli de batterie et de contrebasse (Cédric Raymond) et comme chacun d’eux assure un niveau vraiment impressionnant, tous ces moments ont été sans exception des tranches de vrai bonheur. Le public (encore lui), acteur fondamental de la réussite d’un concert, ne s’y est pas trompé, l’écoute a vraiment été « religieuse ». Preuve qu’il fallait y être, comme d’hab !
FD

Joachim Caffonnette Quintet – Jazz à Uccle – mercredi 17 février 2016

Posted in: News

SL376100

Ah Joachim, il évolue, s’enrichit, mûrit et reste malgré tout lui-même. Tout en délicatesse, intériorité et harmonie. Il a définitivement de belles histoires à raconter. Ces contes-là sont ciselés, de la dentelle, tout en douceur et cela force une écoute attentive. Parfois mélancoliques, souvent poétiques, les thèmes sont merveilleusement bien orchestrés et le rôle de chacun des protagonistes du quintet idéalement équilibré pour rendre le tout riches et savoureux. Un jazz zen, maîtrisé dans les moindres détails, pas d’étalage grandiloquent et comme tous font preuve d’une fabuleuse maîtrise technique – Florent Jeunieaux (guitare), Sylvain Debaisieux (sax ténor), Daniele Cappucci (contrebasse), Armando Luongo (batterie) – cela rend l’ensemble léger, aérien et permet de s’immerger avec plaisir dans leur univers. Ces contes musicaux offrent à chacun de participer aux dialogues ou conversations à deux, trois, quatre ou cinq, de vrais échanges, de vrais personnages collaborant à la construction de la fable, qui donnent envie de suivre le déroulement de l’histoire, de suivre le fil du thème dans les différents décors mis en place au cours du morceau. On sent bien les qualités d’arrangeur de Joachim qui a l’élégance de mettre chacun de ses partenaires à la fête d’une manière qui semble évidente et naturelle. Bref, un ensemble qui, sans avoir l’air de forcer, nous offre un répertoire d’une grande intelligence et sensibilité et ceci grâce à la somme de leurs qualités individuelles qui se fondent dans un tout savoureux et discrètement virtuose. Simplexity à acquérir et réécouter à satiété…
FD

Dat Mess’ – Jazz à Uccle – mercredi 20 janvier 2016

Posted in: News

SL376069

Froid, neige, gel ! Que faire pour se réchauffer ? Rien de mieux que du bon jazz dans sa plus pure tradition d’échange et de partage ! comme autour d’un bon feu de cheminée, s’installer, trouver ses marques et se laisser envahir par la chaleur de cette musique issue, dans le répertoire de ce soir, de ses racines les plus chaudes. Ambiance définitivement « hot club » du be bop des belles années. Se remettre de l’agitation des fêtes de fin d’année grâce à la respiration qu’ils nous ont offerte, quoi de mieux ? Une belle formation, équilibrée, deux souffleurs, cela donne toujours des opportunités harmoniques enrichissantes et dans le cas présent, la pêche de la trompette de Ruben Hernandez associée à la saveur très féminine de Fanny Perche au sax nous ont ravis. La section rythmique, Julien Gillain au piano, Nicolas Puma à la contrebasse et Lucas Vanderputten à la batterie, a plus qu’assuré sans être envahissante, elle enrichit et/ou soutient selon le besoin. Néanmoins, le tout garde énormément de rondeur et chacun a le temps de s’exprimer. Et ils ne s’en privent pas, avec ce qui est marquant, un grand respect de l’esprit du groupe. Bref, un beau début d’année qui nous rappelle les fondamentaux du jazz : oser se lancer vers le futur sans renier le passé.
FD

Yuan Quintet – Jazz à Uccle – mercredi 20 décembre 2015

Posted in: News

SL376059

D’abord une personnalité ou plutôt une personne. Wen-Hui Tsai se révèle, se dévoile en toute pudeur. Son concert retrace l’histoire de son parcours, celui qui l’a menée à ce qu’elle est aujourd’hui. Un début intimiste en trio qui ne nous expose que l’actuel de sa personnalité, sa voix chaude, puissante ou réservée, toujours envoûtante ! On ressent de la tendresse, toujours une ‘zenitude’ toute asiatique, une joie d’être là et de partager, ceci étant valable pour chaque interprète du trio qui ont tous l’opportunité de s’exprimer pleinement. Une guitare (Tim Finoulst) fine, nette, précise et surtout harmonieuse, une basse (Martijn Vanbuel) délicate et inspirée. Vient le second set en quintette. Une autre approche bien sûr mais surtout celui d’une étape, d’un chemin, celui de Wen. On y retrouve et perçoit le début de son parcours. Après la poésie de ses origines, on en arrive à David Linx, son dernier « Maître » dont les interprétations de Wen sont teintées. La formation de base, renforcée du batteur (Matthias De Waele) et du pianiste (Hendrik Lasure) gagne en puissance et pourtant le fil du concert suit son cours. Après Yuan trio, Yuan quintet continue à nous faire participer aux émotions qui ont émaillé leur chemin de vie musical et humain. Un très beau moment d’échange et une performance établissant clairement – pour autant que ce soit encore nécessaire – que les techniques et la colorisation jazz peuvent définitivement s’appliquer à toutes les sources dès lors qu’elles sont interprétées avec talent et motivation.
Encore une fois, fallait y être, soyez-y à la prochaine…
FD

RG Hybrid Project – Jazz à Uccle – mercredi 18 novembre 2015

Posted in: News

Marc Moulin aurait adoré ! Fidèles à nos concepts, nous avons puisé dans ce merveilleux vivier qu’est le Conservatoire Royal de Bruxelles. Sa réputation n’est plus à faire, pour preuve la formation de ce soir est principalement composée de musiciens français, qui débarquent chez nous pour profiter de l’excellence de notre enseignement, bien qu’ils soient déjà armés d’un solide bagage.  Difficile à décrire, tellement de couleurs, d’ambiances, d’atmosphères. Les bases sont rythmiques, soutenues par une batterie d’enfer, variée et musicale et une basse de dynamite (Matis Regnault) jamais en repos. Le trio d’instruments ‘clairs’, sax alto ou soprano (Abel Jednak), guitare (Florent Souchet) et vibraphone est lumineux. Ensemble, c’est l’énergie qu’ils dégagent qui est bluffant. Donner l’impression au tout premier morceau qu’ils sont ‘chauds’ comme en fin de second set, il faut le faire. Ensuite, entretenir la chaudière à ce même niveau, c’est une performance ! Bon, la France, c’est dix-huit fois la Belgique sans compter les territoires d’Outremer, donc leur horizon est large. Et bien, nous en avons profité.  Des influences à la Saint-Germain dans les impros de Romain Garcera (vibraphone) aux compos plus iliennes de Josaphat Hounnou (batterie), ils nous ont offert un jazz très jazz, très moderne, frais, explosif, inspiré, de la jeunesse, du peps, du renouveau et pourtant nous n’étions pas largués. Un bel équilibre ! Avec ce genre de formation, les DJ n’ont qu’à bien se tenir. De l’ambiance, du rythme, du plaisir, du groove et de la pêche, tout pour une soirée réussie avec à la clef des vrais musiciens en live, virtuoses et sympas.
SL376048FD

Théo Zipper Quartet – Jazz à Uccle – mercredi 21 octobre 2015

Posted in: News

SL376034

La mer, la mer. D’aucun savent que j’y suis particulièrement attaché, voire complètement amoureux. Et bien ce soir, nous y étions ! Pas pour le décor bien sûr, mais quelles vagues nous ont bercés toute cette soirée. Vague n’est peut-être pas le bon mot, flux, reflux, courants, montée, surf en descente, accalmie, coups de vent, averse ou grand soleil, bref toutes les sensations du navigateur en mode découverte. Y compris les stress du départ et les joies de l’atterrissage. Ils nous ont servi un répertoire de compositions qui, par défaut, font fi des repères. Donc navigation à vue, compositions qui nous ont offert toutes les sensations nécessaires à créer un climat de bien-être. Bien-être à postériori d’avoir vécu quelque chose qui, sur le moment pouvait être déconcertant ou inattendu mais qui au final est une expérience enrichissante. Une impression première d’un groupe disparate d’individualités brillantes, qui, si l’on veut bien prendre un peu de recul, forment au final une conjonction d’éléments déterminant un ensemble (marées, lames, courants forment aussi un tout). Sortir des sentiers battus, un challenge pas facile à relever, ils le font avec brio. Tout comme le microcosme d‘un bateau perdu au milieu de l’océan, chaque concert crée une bulle dans l’espace et le temps dont seuls ceux qui l’ont vécu peuvent en parler, heureux ou pas de l’expérience. Celle-ci fut un bonheur pour la plupart, un peu rude pour d’autres mais enrichissante pour tous. Une découverte, un univers dans lequel il serait bon de s’immerger encore et encore. En bon entendeur, laisser vous porter par les vents.
FD

Four of a Kind – Jazz à Uccle – mercredi 16 septembre 2015

Posted in: News

SL375969

Comment transformer ce qui pourrait être perçu comme de la nonchalance en bulle d’atmosphère, en bain de sensations? Bien sûr, on les connait, des jeunes qui ont de la bouteille et qui, ce n’est pas si courant, se produisent depuis des années. Et de là vient une grande partie du plaisir d’écoute. Avoir la chance de suivre et sentir évoluer des musiciens. Ce comportement d’auditeur reconnu quand il s’agit de grands noms est ici intensifié par la proximité du live, la sympathie et l’ouverture de ces jeunes artistes. Et ils progressent à grands pas! La qualité de leur performance était ce soir au top, que dire de ce qui suivra…  Une énorme complicité, un répertoire original organisé autour des compositions de Julien Guillain (guitare) et de Maxime Moyaerts (piano) et de standards sérieusement rafraîchis, de quoi ravir tout le monde. Une grande finesse dans la maîtrise de leur instrument respectif – Nicolas Puma (contrebasse), Lucas Vanderputten (batterie) – à laquelle vient s’ajouter une virtuosité manifeste dont on sent qu’elle est au service de la musique. De plus, ils ont osé élargir le groupe à une invitée plutôt remarquable. Pauline Leblond à la trompette, c’est un programme en soi. Mais ici, elle s’est fondue dans l’ensemble avec toute sa grâce et son charme. Son jeu d’une grande féminité impressionne par l’aisance qu’elle semble avoir, même dans les parties éminemment techniques ou virtuoses. A cinq, ils nous ont vraiment emballés et les variantes de configurations ont vraiment enrichi la prestation et emporté l’enthousiasme de tous. Four of a Kind, à suivre, Pauline aussi, et les deux ensemble si les circonstances sont favorables !
FD

jérémy Dumont Trio – ‘Resurrection’

Posted in: News

front_coverJazz4you, vous le savez, s’est donné pour mission de soutenir les jeunes artistes de jazz afin de les aider prendre leur envol et à évoluer. En complément des scènes que nous leur offrons, des possibilités de concerts et de nos programmations diverses, nous avons été séduits par le projet du Jérémy Dumont Trio. Nous avons donc décidé de soutenir cette naissance qui marque vraiment une étape importante de la vie des musiciens qu’est un premier album. Et nous sommes particulièrement heureux et fiers du résultat. Tant au niveau du contenu du CD que de la pochette, le Jérémy Dumont Trio a accouché d’une véritable œuvre d’art. Les dix titres proposés, accompagnés pour certains par Fabrice Alleman au saxophone (ténor et soprano), sont particulièrement complets, harmonieux, dynamiques, équilibrés. Du contenu à savourer ad libitum. Pour y arriver, de nombreuses compétences sont à mettre en œuvre. Toute une équipe de créateurs se sont impliqués : Daniel Léon a réalisé l’enregistrement et le mixage. L’Art de Noé a apporté une touche d’illustration magique à la pochette de l’album ; cette création magistrale rend parfaitement l’esprit et l’ambiance du répertoire proposé. Et ce n’est pas tout, d’autres jeunes ont permis cette réalisation : Emile Tonnelier dont les photos ont inspiré les dessins de Noé Pauporté.  Elena Haniotakis dont le graphisme a su exploiter et idéalement mettre en valeur l’ensemble. Et bien sûr et surtout, Victor Foulon à la contrebasse et Fabio Zamagni à la batterie, sans qui pas de trio !
Merci à tous de nous avoir offert une œuvre complète qui valait très certainement notre soutien et notre participation.
J4Y

Tό Trio – Jazz à Uccle – mercredi 27 mai 2015

Posted in: News

To trio 8

 

Après le voyage intersidéral que nous avait offert le  quartet de Maayan et Nadav, il fallait bien terminer la saison sur quelque chose de spécial. Et bien c’est fait. Ce dernier concert avant la pause estivale a été un vrai saut en benji ! Une activité de saison me direz-vous. L’entrée en matière commence par une approche prudente du bord du précipice, la voix et les instruments déclenchent les premiers frissons. Le public fixe son attention et le calme se fait. Un doux courant «d’air» jazzy folk nous entoure. Ensuite, au bord du vide, on est seul, enveloppé des mélodies et des harmonies délicates et impressionnantes, la tessiture de Veronika est mise en valeur par les nuances variées de la clarinette basse au sax soprano. La magie opère, on prend confiance dans la suite, c’est sûr on va oser sauter ! Emotion forte, mais tellement réjouissante, on a fait le pas, certes les tripes se nouent et le souffle est court mais là ça y est on plane. On est entré dans leur univers, plus rien ne perturbe l’écoute et l’on prend pleinement conscience des subtiles nuances distillées par nos artistes. Le jeu de Florent à la guitare se complexifie, les boucles se superposent, au sax ou à la clarinette Tom se lance dans des impros originales et créatives et Veronika nous donne vraiment l’impression de voler et non de tomber. L’élastique se tend, la course ralenti, encore un moment fort en perspective, le choc d’une impro plus incisive et puis, après l’effet de surprise, on remonte et on se met définitivement dans le rythme. Là on est dedans et le stress de la découverte étant passé tout devient plaisir et bonheur d’éprouver des sensations rares et exclusives. Un sentiment de liberté et de plénitude, les mouvements ascendants et descendants s’enchaînent Le trio crée définitivement un espace hors du temps et de la pesanteur dans lequel on profite de leurs prouesses techniques et musicales qu’ils nous offrent sans donner l’impression du moindre effort, tout comme nous ils flottent.Vous l’aurez compris, ce trop court moment nous a permis de vivre un concert intense, une expérience qui prend au ventre mais dont on sort définitivement serein et heureux.

Vivement la prochaine saison et de nouvelles découvertes…

FD